Race : le PRE, monture royale et baroque

Race : le PRE, monture royale et baroque

Cultures équestres / Espagne / Races de chevaux 0
Avec sa prestance naturelle et ses allures relevées, le Pure Race Espagnole (PRE) suscite l’admiration des foules en spectacle équestre, une discipline qui le met particulièrement en valeur. Mais cet excellent cheval de dressage peut aussi faire votre bonheur en attelage ou en randonnée !

De l'andalou au PRE 


Vous le connaissez peut-être sous le nom d’andalou, comme on l’appelait autrefois.  Aujourd’hui, le stud-book officiel parle du « cheval de Pure Race Espagnole », PRE pour les intimes... Découvrez-le en  (très belles) images !

Edyta Trojanska-Koch
Avec le Frison et le Pur-Sang Arabe, le PRE est l'un des plus photographiés au monde ©  Edyta Trojanska-Koch

Des origines très anciennes


Le cheval de Pure Race Espagnole est présent dans la péninsule ibérique depuis -1000 avant J.C , voire plus. Il n'est pas dérivé, comme on le croit souvent, du Pur-Sang arabe (dont il est d'ailleurs très différent par ses caractéristiques physiques et mentales) mais plus  probablement du Barbe !

bb
Le cheval espagnol a rayonné dans le monde entier dès le 17ème siècle ©  Edyta Trojanska-Koch

Le modèle du cheval ibérique n'a pas trop souffert des vicissitudes de l'histoire et est resté pratiquement intact. Aux 17ème et 18ème siècles, il est la monture favorite des plus grands cavaliers, tant pour la guerre et le prestige que pour la Haute Ecole. Il atteint alors son apogée et tous les grands de ce monde veulent se faire représenter sur ce cheval... Exporté un peu partout en Europe, il influence la population équine mondiale et contribue à la naissance de plusieurs races. Certaines lignées connaissent une telle notoriété qu'elles prennent le nom de leur fondateur - telle la fameuse lignée "Cartujano", encore très réputée de nos jours.

©  Edyta Trojanska-Koch
Vénérés en Andalousie , les PRE vivent parfois dans des haras très luxueux © Edyta Trojanska-Koch


Une grande influence sur l'équitation classique


Le cheval espagnol a beaucoup influencé l'équitation classique de tradition française et grandement contribué à la renommée de l'école de Versailles. Les plus grands écuyers anciens, tels Pluvinel, La Broue, La Noue, Saunier, La Guérinière...,  ont vanté ses qualités de cheval de manège idéal. Au XXème siècle, de grands dresseurs comme Michel Henriquet ont repris le flambeau.

©  Edyta Trojanska-Koch
Les PRE sont traditionnellement élevés très nombreux en troupeaux © Edyta Trojanska-Koch

Plus vite, toujours plus vite… Voilà qui pourrait résumer à la fois un PRE qui s’élance au galop et l’engouement croissant qu’il suscite ! En spectacle bien sûr, mais aussi en équitation de loisir et de randonnée. Dans la moitié sud de la France, notamment, il est l’une des races préférées des cavaliers randonneurs.  

©  Edyta Trojanska-Koch
Les crins longs et abondants sont caractéristiques du PRE et même inscrits au standard  © Edyta Trojanska-Koch

Morphologie 


La morphologie particulière du PRE lui donne cette prédisposition spécifique pour le rassembler, qui rend ses allures tellement spectaculaires : l’attache tête-encolure est haute, mettant en relief une encolure puissante, arquée et musclée. Celle-ci, souvent agrémentée d’une abondante crinière, lui confère beaucoup d’élégance et de noblesse.

©  Mégane Duburcq
Belle tête typique de PRE © Mégane Duburcq

Son dos est très court et transmet particulièrement bien l'impulsion créée par l'arrière-main vers l'avant-main. La croupe est arrondie et musclée, inclinée vers le bas, ce qui permet aux jarrets de passer sous la masse. Le rassembler est ainsi facilité, tout comme les pivots sur le train postérieur. Les membres sont à la fois fins et solides, offrant une allure très « dansante », avec des jarrets forts qui rajoutent une pointe de puissance au mouvement général. C’est ce savant mélange de légèreté et de puissance dans les allures (présentes à l’état naturel chez le poulain) qui fait du PRE un cheval d’une beauté hors du commun. 

©  Carine Chevret
Belle jument à l'allure dansante : Eterna Dalados, appartenant à Camille Picot © Céline Dufourd

Caractère


Incontestablement, le mental est l’un des points forts du PRE : alors qu’il donne l’impression, en spectacle notamment, de « jeter du feu », voilà un cheval réputé pour son bon caractère ! Aussi équilibré sur le plan psychique que morphologique, le PRE a fait l’objet d’une longue sélection sur ce tempérament bien particulier, à la fois calme, docile et actif.

©  Edyta Trojanska-Koch
La race offre une grande variété de couleurs de robes © Edyta Trojanska-Koch

En selle, vous disposez ainsi d’une monture dotée d’un bel influx nerveux qui est pourtant facile à canaliser. C’est la raison pour laquelle le PRE est l’un des rares chevaux capables de travailler dans des disciplines variées, tout en restant entier – on trouve en effet de nombreux étalons PRE en spectacle, attelage, dressage…   

Pour quelles disciplines ?


-       Le PRE est le cheval idéal pour tout cavalier en quête de belles sensations de dressage. Grâce à ses allures relevées et brillantes, au port de tête altier que lui confère son encolure puissante et gracieusement arquée, il est le cheval de spectacle et de cinéma par excellence - et le plus prisé des artistes équestres. Il n’a pas peur du bruit, du feu, des effets spéciaux… Si vous faites partie des cavaliers propriétaires désireux de vous initier au spectacle amateur – ils sont de plus en plus nombreux aujourd’hui en France -, le PRE a toutes les chances de vous convenir !

©  Edyta Trojanska-Koch
Le PRE n'a quasiment pas évolué dans sa morphologie très musclée © Edyta Trojanska-Koch

-       Longtemps boudé par les juges, qui lui préféraient les chevaux allemands ou hollandais, le PRE a conquis ses lettres de noblesse sur les carrés de dressage. Littéralement « construit » pour la haute école, grâce à sa conformation, il fait des merveilles au piaffer, passage ou pas espagnol.

Le PRE a toujours fière allure, comme tous les Andalous !
Le PRE a toujours fière allure, comme tous les  mâles Andalous ! © Edyta Trojanska-Koch

Ces dernières années, compte tenu de sa présence accrue en compétition, les éleveurs axent leur sélection sur la recherche d’allures plus fonctionnelles, à destination du dressage classique. D’où l’apparition de lignées moins « baroques » et moins « vers le haut » que celles des PRE traditionnels de spectacle, mais avec plus d’impulsion.

©  Edyta Trojanska-Koch
L'allure vive du galop sied particulièrement à ce cheval extrêmement fougueux © Edyta Trojanska-Koch

-       Le PRE est aussi un très bon cheval d’attelage, que ce soit dans le cadre du loisir ou de la compétition.  Sans la présence d’un cavalier sur son dos, ses allures naturelles se déploient en toute liberté. Son caractère tranquille est particulièrement apprécié des meneurs : en attelage, bien plus qu’en équitation, on ne peut pas se permettre d’avoir un cheval ombrageux, voire dangereux…

©  Edyta Trojanska-Koch
Même quand il n'est pas en piste, le PRE fait son show ! © Edyta Trojanska-Koch

-       Parce qu’il allie puissance, rusticité et bon mental, le PRE est très apprécié également en équitation d’extérieur. Il répondra parfaitement à vos attentes si vous êtes un cavalier de loisir, mais que vous avez envie d’un peu plus de « chic » et de « brillant » sur les sentiers de randonnée !

-       On trouve bien sûr des PRE en doma vaquera, discipline andalouse traditionnelle. Mais aujourd’hui, les chevaux de doma vaquera sont plus souvent issus de croisements entre des PRE  et des pur-sang anglais, pur-sang arabes ou anglo-arabes. En effet, la discipline exige davantage de sang et d’énergie que ne peut offrir un PRE en race pure.

©  Edyta Trojanska-Koch
Avec ses  longs crins et ses allures relevées, le PRE donne toujours une impression "sauvage" © Edyta Trojanska-Koch

-       Enfin, certains PRE font du CSO et sautent jusqu’à 1,30 m ou 1,40 m. Néanmoins, n’oublions pas que le PRE est avant tout un cheval de dressage et non d’obstacle.   

©  Edyta Trojanska-Koch
Les étalons espagnols sont particulièrement expressifs  © Edyta Trojanska-Koch

Petite anecdote : il  aura fallu attendre 1996, lors des JO d’Atlanta, pour voir les premiers PRE intronisés dans l’épreuve ô combien académique de dressage ! Cette année-là, parmi les chevaux de l’équipe espagnole se trouve Invasor, issu du prestigieux élevage fondé par don Alvaro Domecq. Multi-médaillé en dressage sous la selle de Rafael Soto, célèbre pour son piaffer (auquel les juges attribuaient la note maximale de 10), Invasor est un cheval de légende pour tous les amoureux de la race ibérique. Incontestablement, le beau gris a ouvert la voie à tous les chevaux de pure race espagnole sur la scène internationale du dressage. Il a également participé jusqu’à 22 ans aux spectacles de l’Ecole royale andalouse de Jerez. Invasor est mort en 2013, à l’âge de 24 ans.   

Rêve ou réalité ? Cet étalon PRE au milieu des fleurs exprime  toute sa beauté onirique © Edyta Trojanska-Koch
Rêve ou réalité ? Cet étalon PRE au milieu des fleurs exprime toute sa beauté onirique © Edyta Trojanska-Koch




Une partie de cet article est issu du livre "Choisir son cheval : quelle race pour quelle discipline ?", par Natalie Pilley, paru aux éditions Vigot.
Disponible également sur www.equibooks.fr












Merci aux photographes Edyta Trojanska-Koch, Carine Schmidlin, Céline Dufourd et Mégane Duburcq pour leurs très belles photos. Tous Droits Réservés.



Lisez aussi sur le blog :