Edyta Trojanska-Koch, photographe équestre

Edyta Trojanska-Koch, photographe équestre

Europe / L’art et les chevaux / Portraits / Races de chevaux 0

Un enchantement… à chaque cliché ! Voilà ce que nous offre Edyta Trojanska-Koch, photographe équestre polonaise.  Sa spécialité ? Les chevaux en liberté, dont elle capture la beauté sauvage au cœur d'une nature somptueuse...

De la philologie à la photographie


Cette monitrice d’équitation, également traductrice et diplômée de langue française, mérite de figurer aux côtés des plus grands photographes équestres pour son art de capturer la lumière et de sublimer les chevaux en liberté.

Edyta Trojanka-Koch
Étalon Lusitanien à Judeu, Portugal © Edyta Trojanska-Koch

Née à Cracovie, en Pologne, Edyta Trojanska-Koch vit aujourd’hui à Varsovie. Bien qu’elle ne soit pas issue d’une famille de cavaliers, elle a toujours rêvé des chevaux. « Longtemps, mes parents n’étaient pas d’accord pour que j’apprenne à monter car ils trouvaient cela dangereux, confie-t-elle. Finalement, quand j’ai eu 15 ans, ils ont cédé à mes supplications. »

© Edyta Trojanska-Koch
Jeunes étalons  Lusitaniens, Portugal © Edyta Trojanska-Koch

Dès lors, l’adolescente passe tout son temps libre dans un centre équestre. Elle devient ensuite monitrice d'équitation diplômée et, parallèlement, poursuit des études de philologie romaine : « J’enseignais l’équitation deux fois par semaine et pendant mes vacances. »


Edyta Trojanka-Koch
Diuna Quince, jument American Paint Horse, Pologne© Edyta Trojanska-Koch

A cette même époque, Edyta commence à s’intéresser à la photographie. Monitrice dans les montagnes au sud de la Pologne, elle souhaite immortaliser les instants de grâce qu’elle passe avec les équidés de la région : « Je me suis acheté un appareil, et les chevaux sont immédiatement devenus mon sujet principal. » 


Edyta Trojanka-Koch
Dans la neige des montagnes de  Bieszczady, Pologne © Edyta Trojanska-Koch

Amoureuse des chevaux ibériques


A la fin de ses études, Edyta décide d’arrêter l’enseignement équestre pour se consacrer exclusivement à la photographie. Elle nous confie être inspirée par de grands artistes équestres comme Robert Vavra, Christiane Slawik ou Gabrielle Boiselle. 

Edyta Trojanka-Koch
Rivlon et Swansea Boy,, étalons Gypsy Cob, Pologne © Edyta Trojanska-Koch

Et elle reconnaît aussi qu’il est « très difficile de vivre de la photo de nos jours, heureusement mon mari a un travail fixe, ce qui nous permet de nous débrouiller. Je suis free-lance et je vends mes photos à différentes maisons d’édition en Pologne, mais surtout à l’étranger pour les calendriers, livres, puzzles, presse équestre, etc.»

Edyta Trojanka-Koch
Troupeau de juments PRE , Espagne © Edyta Trojanska-Koch
 
Pour réaliser ses sublimes clichés, Edyta n’hésite pas à prendre la route : « J’essaie de voyager aussi souvent que possible, mais avec une petite fille de 11 ans qui va à l’école, ce n’est pas toujours facile ! En moyenne, je fais un voyage par mois. »

Edyta Trojanka-Koch
Aragon, hongre KWPN , photographié dans les Tatras, Pologne © Edyta Trojanska-Koch

L’Espagne reste sa terre de prédilection : « Il y a cinq ans, j’ai appris toute seule l’espagnol afin de pouvoir communiquer avec les éleveurs, explique-t-elle. Je suis follement amoureuse des chevaux ibériques, pour leur beauté inégalable et leur expression unique. Depuis, je passe entre deux et quatre semaines par an en Espagne. »  

Edyta Trojanka-Koch
Comme sorties d'un rêve...  juments PRE, Espagne © Edyta Trojanska-Koch

Décidément très amoureuse de la culture et des paysages ibériques, Edyta ne  cache pas vers quels territoires bat son cœur : « L'autre pays que ne cesse pas de m'inspirer, c'est le Portugal. Les prés portugais au printemps sont d'une beauté incroyable. Tout violets et jaunes, ils ressemblent à des aquarelles des plus grands impressionnistes - Monet et Manet…  Photographier les chevaux dans un décor tellement sublime est vraiment un rêve ! » 

Edyta Trojanka-Koch
Etalon Marwari  à Moremokut,  Inde © Edyta Trojanska-Koch

Quelle que soit la race des chevaux qu’elle photographie, Edyta privilégie le naturel : « Je n’aime pas trop la lumière artificielle, les fonds… Je m’efforce de retoucher mes photos le moins possible, je préfère travailler sur le terrain plutôt que passer des heures entières assise devant mon ordinateur ! J’essaie toujours de capter le côté ''sauvage'' du cheval, libre dans la nature. »  
Edyta Trojanka-Koch
Rivlon et Swansea Boy,, étalons Gypsy Cob, Pologne © Edyta Trojanska-Koch

Magie de la lumière


Son point fort ? La lumière, sans aucun doute : « J’aime la lumière matinale autant que celle du soir. Je pense qu’elle est le meilleur peintre du monde ! Elle change tout, enchante le paysage, donne une touche de magie… J’essaie de l’utiliser au maximum dans mon travail. Je suis toujours à la recherche de l’atmosphère unique et du fond naturel. »

Edyta Trojanka-Koch
Jument Lusitanienne avec son poulain, Portugal © Edyta Trojanska-Koch

Entre son métier de photographe équestre et son rôle de maman, Edyta n’a plus beaucoup de temps pour l’équitation : «Au fur et à mesure que je photographiais les chevaux, je les montais de moins en moins - aujourd’hui, une ou deux fois par an seulement. C’est toujours un grand plaisir, mais sincèrement, je préfère rester avec eux, les caresser, leur parler… C’est une forme de contact totalement différente de ce rapport de dépendance qui existe entre le cavalier et sa monture. »

Edyta Trojanka-Koch
Chevaux galopant au bord de la mer Baltique © Edyta Trojanska-Koch

De même, voyageant trop souvent pour avoir son propre cheval, Edyta n’en éprouve aucune frustration : « J’ai un contact presque quotidien avec les chevaux qui me servent de modèles. Et beaucoup de moments privilégiés, par exemple quand je suis seule avec un troupeau de chevaux arabes dans la lumière du soleil levant…  Les photographier est ma façon d’exprimer mon amour pour eux, mon admiration et ma reconnaissance. Je n’imagine pas ma vie sans les chevaux et dans ces moments-là, je suis la plus heureuse du monde. »  

Edyta Trojanka-Koch
Juments Marwari,  Inde © Edyta Trojanska-Koch

Un grand merci à Edyta Trojanska-Koch pour ses superbes clichés.
Retrouvez son  remarquable travail sur son site et sur sa page Facebook   


Lisez aussi sur le blog :