Kristel Richard, "equine photographer" : un métier de passion

Kristel Richard, "equine photographer" : un métier de passion

Cultures équestres / L’art et les chevaux / Portraits 0

Basée à Londres, Kristel Richard a choisi de quitter une carrière d’économiste pour se consacrer à sa double passion : les voyages et la photographie équestre. Rencontre avec une artiste baroudeuse.

Six mois de l’année en reportage équestre 


Cette  passion des voyages et de la photo équestre, Kristel Richard la vit avec intensité... Et elle en vit !  Depuis 17 ans, « Equine photographer » est officiellement sa profession.  Environ six mois de l’année,  Kristel sillonne le globe avec son appareil photo en bandoulière.  Puis elle vend ses superbes clichés à des particuliers, professionnels, magazines...

Combat d'étalons sauvages en Namibie - Photo ©Kristel Richard
Combat d'étalons sauvages en Namibie - Photo ©Kristel Richard

Certains magazines équestres, comme le bimestriel CAVALIERE, La passion du cheval, lui consacrent une rubrique fixe dans chaque numéro avec ses photos, mais aussi son texte. Car Kristel ne se contente pas de capter les beautés du monde à travers son objectif, elle aime aussi emporter son lecteur  dans ses pérégrinations équestres en racontant, dans un style vivant et très personnel, un pays, une coutume, un festival, une rencontre….

©Kristel Richard
Chevaux de lumière au Brésil... Détail - Photo ©Kristel Richard

Entre deux avions, Kristel Richard a répondu à nos questions : 

Comment êtes-vous devenue photographe équestre spécialisée ?


« J’ai toujours aimé les chevaux et les voyages. Lorsque j’étais enfant, j’étais allergique aux animaux donc être avec eux n’était pas une option. Donc je suis devenue économiste à l’international, basée à Londres. En vieillissant mon allergie a disparu et à 35 ans j’ai décidé de quitter mon travail pour revenir à mon premier amour, le cheval. Je me suis lancée du jour au lendemain. De manière inattendue, j’ai fait des rencontres avec des passionnés de cheval et les portes de ce monde se sont ouvertes rapidement. Depuis je peux mener mes deux passions de front.  


©Kristel Richard
Juments bulgare et arabe en Bulgarie - Photo ©Kristel Richard

Etes-vous cavalière  ?


J’ai toujours refusé d’avoir mon propre cheval car je ne voulais pas le laisser longtemps seul. J’ai une amie qui fait du dressage et lorsque je suis en Angleterre, je monte son cheval sous le regard (très) critique de son propriétaire... Cela m’a permis d’améliorer ma technique ! 


©Kristel Richard
Championnat de Tbourida, Dar Es Salam, Maroc - Photo ©Kristel Richard

Combien de semaines par an êtes-vous en voyage ? Où vivez-vous le reste de l’année ?


En moyenne, je voyage 6 mois par an. Pas en bloc, mais par période de deux à trois semaines. Le reste du temps, je vis à Londres avec ma famille.  

Ce métier est-il compatible avec une vie de famille ?

Dans mon ancienne profession, je faisais régulièrement des voyages à l’autre bout du monde, avec des rendez-vous à des heures indues pour la tranche horaire de Londres. Ma famille est donc habituée à mes déplacements incessants et à un cadre de vie peu normé.  


©Kristel Richard
Sagsai Eagle Festival, Mongolie  - Photo ©Kristel Richard


Vivre de ses photos de voyages, ce n’est pas donné à tout le monde et ça fait rêver ! Comment expliquez-vous votre réussite ?


Je ne sais pas si c’est vraiment une réussite... Je dirais une combinaison d’éléments. La passion certes est cruciale, mais elle n’est pas suffisante. Il faut beaucoup de détermination pour maintenir le cap. La photo n’est que la partie émergée de l’iceberg. Avant, il a fallu faire des recherches plus ou moins longues selon le sujet. Par exemple, vous ne trouvez pas des chevaux sauvages au fin fond du Montana comme ça...


Poulain mustang des Pryor Mountains, Montana, USA - Photo ©Kristel Richard
Poulain mustang des Pryor Mountains, Montana, USA - Photo ©Kristel Richard

Ensuite, il faut obtenir toutes les autorisations nécessaires... Puis y aller et avoir la chance que tout se déroule comme il faut, ce qui n’est pas toujours le cas. S’il pleut le jour du festival, la photo est ruinée. Après, il faut éditer ... et devant l’ordinateur, c’est la partie la moins fun pour moi !

Découvrez Sue, l'Anglaise dans Cavalière 69, actuellement en kiosque - Photo © Kristel Richard
Rencontrez Sue et Bilbo Baggins dans CAVALIERE n°69, actuellement en kiosque - Photo © Kristel Richard

Ensuite j’ai diversifié mon offre tout en étant hautement spécialisée. Par exemple, pour certains de mes clients, je développe les portraits de leurs chevaux avec des procédés datant du 19ème siècle... ce qui donne des photos en noir et blanc avec des noirs superbes, très profonds ! Enfin, il faut de la chance... Mais comme je dis souvent, il faut la provoquer...

©Kristel Richard
Poulain, jument et étalon sauvages à Kaapsehoop, Afrique du Sud  - Photo ©Kristel Richard


Avez-vous déjà compté le nombre de pays que vous avez visités sur la planète ?


Ma mère compte « mes » pays et à  l’heure d’aujourd’hui, j’en ai visité 83, parfois plusieurs fois. Je suis allée 14 fois au Gujarat, en Inde, par exemple.  

Parmi ces 83 pays visités, lesquels vous ont le plus marquée et touchée ?  


Je n’ai pas de destination favorite car toutes ont un charme particulier avec des personnes étonnantes. J’aime partir à la découverte de ces nouvelles cultures, nouvelles manières de vivre en général et nouvelles manières de faire avec le cheval en particulier. Je suis tout autant excitée par les traditions en Alsace que par celles de l’île de Pâques. 


©Kristel Richard
Cavalier brésilien surgi de la lumière au milieu du troupeau - Détail - Photo ©Kristel Richard


Dernière question, Kristel : quelle est la race de chevaux que vous avez trouvée la plus photogénique ?


Il en va de même pour les chevaux : je les aime tous. Des plus grands aux plus petits. Des plus chers à ceux qui ont failli finir à la boucherie. Ils représentent tous un défi à relever pour les photographier, mais ils ont tous un grand cœur de cheval ! » 

©Kristel Richard
Un poster de cette magnifique photo sera offert dans le prochain magazine CAVALIERE n° 70 - Photo ©Kristel Richard


Un grand merci à Kristel Richard  !

Kristel Richard, une économiste reconvertie en photographe équestre @Blog Cheval d'Aventure
Kristel Richard, économiste reconvertie en photographe équestre @Blog Cheval d'Aventure

Découvrez le travail  de Kristel Richard sur son site Internet 

Lisez aussi sur le blog :