Afrique du Sud : le plus équestre des pays africains

Afrique du Sud : le plus équestre des pays africains

Afrique / Afrique du Sud / Cavaliers du monde / Cultures équestres / Races de chevaux 0
 L'Afrique du Sud est, parmi les pays africains, l'un de ceux qui comptent le plus de chevaux et le plus de races équines différentes. Résultat : c’est aussi celui où l’on peut pratiquer quasiment toutes les disciplines équestres - y compris le tourisme, à la découverte de la faune africaine !

Un pays de tradition équestre ancestrale

En matière de sélection comme d’équitation, le continent africain n’a rien à envier à l’Europe ni à l’Amérique…
@Blog Cheval d'Aventure
Des paysages sublimes qu'il faut découvrir à cheval @Blog Cheval d'Aventure
Et en particulier l’Afrique du Sud, un pays qui compte officiellement sept races de chevaux locales, ainsi qu’une trentaine de races non indigènes - dont le Pur-Sang Anglais, bien sûr, héritage de la colonisation britannique !

La peste équine éradiquée

Bien que le pays ait été frappé par des épidémies de peste équine tout au long de son histoire, il a réussi à surmonter ce problème sanitaire – notamment grâce aux actions menées par les vétérinaires et à la vaccination du cheptel. Aujourd’hui, le pays est fier de son cheptel équin et de la diversité des disciplines équestres que l’on peut y pratiquer.
@Blog Cheval d'Aventure
Le cheval permet d'approcher la faune de très près @Blog Cheval d'Aventure
En effet, si l’on trouve encore des chevaux de travail agricole dans les régions les plus pauvres, le secteur des sports et des loisirs équestres s’est fortement développé en parallèle. C’est ainsi que l'attelage, le dressage, le para-dressage, l'endurance, le concours complet, le reining, le saut d'obstacles et la voltige en cercle sont couramment pratiqués. Mais aussi le tir à l’arc à cheval, les pony games, le polo, l'équitation de travail, les courses de Pur-Sang ... et bien sûr le tourisme équestre. Quoi de mieux que d'approcher à cheval la faune africaine, et de chevaucher dans ces paysages sublimes ?

Une histoire équine riche en péripéties

L'élevage de chevaux en Afrique du Sud a commencé au XVIIème siècle, peu de temps après l’installation de la première colonie européenne au Cap. En avril 1652, un lot de chevaux de Java d'origine arabo-perse, arrivés au large du Cap dans une flotte de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales, a été, en raison du mauvais temps, débarqué sur l'île de Sainte-Hélène avant d'être réexpédié au Cap peu après. En 1653, 4 autres chevaux, dont un superbe étalon, dévoré par la suite par des lions, arrivent au Cap. En 1661, 15 poulains étaient nés de 22 chevaux importés... 
@Blog Cheval d'Aventure
Rencontre magique en Afrique australe @Blog Cheval d'Aventure
Pendant les 150 années suivantes, jusqu'en 1820, le sang est resté exclusivement arabo-persan, en particulier avec l'importation d'étalons de Perse en 1689, d'Amérique du Sud en 1778, d'Amérique du Nord et d'Angleterre en 1782, et à nouveau d'Angleterre en 1810. En 1811, des étalons Pur-Sang du meilleur sang ont été importés d'Angleterre et jusqu'en 1870, une grande amélioration a eu lieu chez le cheval en Afrique du Sud, grâce aux qualités réunies des chevaux arabes et anglais.

Chevaux de guerre

À partir de 1849, les fermiers du Cap ont exporté de nombreux chevaux en Inde pour la cavalerie et l'artillerie indiennes. Les chevaux sud-africains étaient également les montures privilégiées de la charge de la brigade légère pendant la guerre de Crimée en 1854. 

1871, l’année noire

L’année 1871 a eu un impact négatif sévère sur l'élevage de chevaux en Afrique du Sud, car l'ère du tramway avait pris fin à Londres. De ce fait, les marchands britanniques ont inondé l’Afrique du sud de Pur-Sang  de réforme, ceux qui posaient des problèmes de caractère et de comportement, lesquels ont sérieusement mis en péril la qualité de la sélection équine du pays !

Endiguer la détérioration du cheptel

Heureusement, afin d'endiguer cette détérioration du cheval en Afrique du Sud, de nombreux éleveurs ont importé des étalons à sang froid de type lourd - en particulier les lignées Hackney, Cleveland, Bay, Flemish et Allenbury. Pourtant, le sang est resté, dans une large mesure, arabe. Et l'endurance, les allures confortables, la rusticité, la bonne qualité des os, des tendons et des poumons, étaient très présents pendant la guerre anglo-boer de 1899-1902 ! 
@Blog Cheval d'Aventure
Des chevaux de toutes races sont élevés en Afrique du Sud depuis le XVIIème siècle @Blog Cheval d'Aventure
Compte tenu du fait que plus de 450 000 chevaux, 50 000 mules et un nombre inconnu d'ânes avaient été «dépensés» pendant la guerre anglo-boer, il n’y avait, à l'exception de quelques lignées, pratiquement pas de chevaux à proprement parler dans les anciennes républiques et la province du Cap.

Amélioration du patrimoine génétique équin

Cependant, armé de l'expérience d'élevage obtenue à partir de 1820, le gouvernement et de nombreux éleveurs ont importé un certain nombre des meilleurs étalons de Pur-Sang, dont beaucoup au Cap oriental… et sauvé ainsi tout un patrimoine génétique équin.
Il faudra néanmoins attendre 1906 pour voir apparaître le premier volume du stud-book général de l’Afrique du Sud – mentionnant avec fierté l’arrivée d’excellents "Thoroughbred" – Pur-Sang Anglais – sur la terre de l’Afrique australe au début des années 1800… 

Source : Article en anglais « A brief history of equine private practice in South Africa », par C.H.B. Marlow, publié en décembre 2010 dans la revue «"Journal of the South African Veterinary Association », decembre 2010.

Partez en randonnée en Afrique du Sud avec Cheval d'Aventure

Lisez aussi sur le blog :