Faire des photos en rando : les astuces des pros !

Faire des photos en rando : les astuces des pros !

Destinations / Guide pratique / L’art et les chevaux / Préparer sa rando 0
Ça y est…  C'est décidé… Vous vous offrez une randonnée au bout du monde. Pour réussir vos prises de vues et partager vos émotions au retour, voici quelques conseils pratiques de Claude Lux et Thierry Ségard, complétant ceux qui figurent dans leur ouvrage Photographier les chevaux. 

Photographier et randonner... tout un art !


Claude Lux, auteur de dizaines d'ouvrages pratiques sur le cheval, et Thierry Ségard, photographe équestre professionnel, ont résumé exclusivement pour les lecteurs du Blog des Cavaliers Voyageurs leurs trucs et astuces de pros pour réussir de belles photos en rando !

ii
Randonnée dans la Baie du Mt St Michel entre Tombelaine et le Mont. ©Thierry Ségard

Photographier en étant à cheval


Pas facile de régler votre appareil, de cadrer juste et de déclencher au bon moment, lorsque vous êtes en selle sur un cheval qui remue constamment ! Difficile également de photographier les cavaliers de face car il faudrait se retourner sur la selle. Pour prendre l’ensemble du groupe par derrière, placez-vous plutôt en fin de colonne et essayez (pas facile) de laisser un peu de distance avec le cavalier qui vous précède. Pour prendre les cavaliers de profil, vous pouvez vous décaler sur le côté ou mieux, profiter d’un grand virage sur un côté pour les shooter avec le bon angle. Profitez d’un fond intéressant et reconnaissable pour pouvoir situer le lieu. Efforcez-vous de photographier tous les cavaliers, car ils seront contents (et fiers) de se revoir au retour sur votre blog de vacances.  

Appareil photo hybride étanche. Avantage, entre autres :  pouvoir changer d'objectif. ©Thierry Ségard


Photographier à l'arrêt


N’hésitez pas à prendre des photos des cavaliers arrêtés en étant en selle. Problème : vous serez obligé d’éloigner votre cheval qui n’aura qu’une idée : rejoindre ses copains. Une astuce consiste à l’arrêter sur une zone d’herbe, pour l’occuper à paître. Vous pouvez également l’attacher et photographier en étant à pied. Dernière solution, le faire tenir par un cavalier en selle pendant vos prises de vues. Mais ça fait toujours bizarre de voir un cheval sans cavalier parmi un groupe monté ! 

nn
Randonnée dans un magnifique paysage de Cappadoce, au centre de la Turquie. ©Claude Lux


Trucs et astuces en vrac


Pour éviter de voir votre boîtier photo piétiné par le cheval après être tombé, attachez-le à votre poignet avec une dragonne.. Si vous arrêtez votre monture, soyez certain qu'elle va brouter en vous arrachant les rênes des mains, qui ne manqueront pas des se retrouver entre ses pieds, pendant que vous êtes occupé à tenir votre boîtier... Une astuce consiste à nouer une ficelle à la jonction des rênes et à l’attacher lâchement à un anneau de la selle. Ainsi, vous avez les mains libres et vous pouvez attraper les rênes à tout moment, même lorsque le cheval broute avec le nez par terre.    

nn
A cheval, difficile de varier les angles : encolure et oreilles reviennent souvent dans le cadrage ! ©Claude Lux

Photographier en randonnée : les conseils de pro de Thierry Ségard


Photographe équestre professionnel, Thierry Ségard a illustré un grand nombre d’ouvrages équestres. Il est également le photographe officiel du magazine Cheval Pratique.  


Appareil compact haut de gamme.  ©Thierry Ségard

Quel appareil choisir ? 


Il n’existe pas d’équipement « miraculeux » lorsque l’on est un randonneur photographe. Tout n’est que compromis entre le volume, le poids transporté (dans une fonte sur la selle ou dans un sac à dos mono-bretelle) et les capacités techniques du matériel correspondant. Le marché offre une large gamme d’appareils photographiques qui va du smartphone au reflex 24x36. La photo qui ouvre cet article vous présente une gamme de différents appareils photos avec, de gauche à droite : un reflex, un compact haut de gamme et un smartphone. Il faut aussi tenir compte du risque important d’averse ou d’orage qui pourront croiser votre route pendant le parcours. 

nn
Randonnée à la Réunion dans un paysage volcanique. ©Claude Lux

Une fois toutes ces considérations prises en compte, je pense que les appareils compacts (haut de gamme) ou les hybrides sont bien adaptés à la pratique photographique en randonnée à cheval. Ils sont en effet à la fois peu encombrants et techniquement performants. Il existe même dans ces deux gammes des versions étanches qui offrent une résistance plus grande à la poussière et bien sûr à la pluie. Grâce à un tel appareil, vous serez le seul à continuer à photographier quand tous les autres randonneurs auront rangé leur matériel ! Avant de vous décider, pensez aussi à regarder l’amplitude du zoom optique, la présence d’un stabilisateur (très utile pour les prises de vues en mouvement) et bien sûr la taille du capteur (toujours privilégier les capteurs les plus grands qui donnent de meilleurs résultats).


nn
Préparation des chevaux avant le départ de l'étape. ©Thierry Ségard


Conseils de « pro »


Une fois en selle, le plus simple est de régler votre boîtier en mode « priorité vitesse ». Ainsi en choisissant une vitesse élevée (au moins égale à 1/1000ème de seconde) et en enclenchant le stabilisateur, vous limiterez la quantité d’images floues. Si votre boîtier ne vous propose pas une vitesse supérieure ou égale au 1/1000ème de seconde, n’hésitez pas à augmenter la sensibilité des ISO pour y parvenir.Pensez aussi à emporter votre chargeur de batterie ou une batterie supplémentaire. Les appareils numériques consomment beaucoup d’énergie et les journées de randonnée sont parfois longues. Vous éviterez ainsi la panne sèche.

Autre précaution nécessaire : prévoir une carte mémoire de grande capacité, ou deux cartes mémoires, ce qui est encore mieux en termes de prévention du risque informatique.      


,nn
Appareil compact étanche.  Petit, il tient dans une poche de chemise...  ©Thierry Ségard

Pour réussir de bonnes images en randonnée, il est aussi important d’anticiper. Pensez à  regarder la carte avant de partir pour y repérer, avec le guide, les points les plus photogéniques du tracé. Vous pourrez ainsi prévenir les autres randonneurs des pauses photos prévues le long du parcours.

En selle, il est toujours difficile de réussir des cadrages très précis. L’astuce est donc de privilégier les plans plus larges, en se disant qu’il sera toujours possible ensuite de recadrer l’image avec l’ordinateur.  


nn
... et résistant, c'est le compagnon idéal du randonneur et du cavalier ! ©Thierry Ségard

Pour la lumière, le plus simple est de privilégier les moments où vous avez le soleil dans le dos. Si vous maîtrisez bien la technique, vous pourrez bien sûr corriger l’exposition sur votre boîtier et ainsi photographier dans toutes les conditions de lumière. 

Dernier petit conseil : ayez toujours un pinceau dans votre sac photo. L’environnement des chevaux est un milieu agressif, il y a toujours beaucoup de poussière (carrières, manège…) et bien sûr c’est aussi le cas en rando. Les appareils numériques y sont particulièrement sensibles...     

Cette cavalière transporte son matériel photo dans un sac mono-bretelle, bien pratique
Cette cavalière transporte son matériel photo en toute sécurité dans un sac mono-bretelle, bien pratique. ©Thierry Ségard

Un ouvrage incontournable pour les amoureux des chevaux et de la photo

Vous aimez les chevaux et la photo ? Voici un livre incontournable dans votre bibliothèque équestre !  Préfacé par Frédéric Pignon et Magali Delgado, "Photographier les chevaux", par Claude Lux et Thierry Ségard, est actuellement le seul et unique ouvrage consacré à la photographie de chevaux.  Ecrit à 4 mains par ces deux professionnels réputés du monde équestre, il offre une multitude de conseils techniques et de mises en situation pratiques,  illustrés de nombreuses photos.  Un chapitre entier, le n°14, s'intitule "Photographier en randonnée".





A découvrir sur le site des éditions Vigot

Egalement disponible sur equibooks.fr









Lisez aussi sur le blog :