Emile Brager : on the road again !

Emile Brager : on the road again !

Amérique du Nord / Cavaliers Voyageurs / États-Unis / Paroles de cavaliers 0
 On the road again ! Véritable légende vivante en France parmi les grands cavaliers voyageurs, à 60 ans passés, Emile Brager est reparti pour deux ans de périple équestre aux États-Unis et au Canada avec… trois mules.

La bible des cavaliers randonneurs

Il est l’auteur de Techniques du Voyage à Cheval, véritable « bible » des cavaliers randonneurs, et l’un de nos plus fameux voyageurs à cheval…

uuu
Petite pause dans les immensités de l'Ouest© Emile Brager

Emile Brager est reparti en 2019 pour de nouvelles aventures équestres sur le continent nord-américain, avec trois mules. L'amoureux de ce qu'il a toujours appelé "l'équitation buissonnière" compte rentrer « pour de bon » seulement en 2021, mais il a tout de même fait un aller-retour en France à l’occasion de la dernière assemblée générale de l’association des Cavaliers Au Long Cours  (CALC).  Une AG hors du commun, où chacun dort sous la tente et où beaucoup d’adhérents viennent… à cheval !
C’est son ami Stéphane Bigo, autre grand cavalier voyageur mais aussi membre et cofondateur de l’association, qui a bien voulu nous raconter de sa plume alerte les retrouvailles de tous ces Cavaliers au long cours - et nous transmettre, en exclusivité pour le Mag des Cavaliers Voyageurs, les dernières nouvelles du grand cavalier moustachu !

Une AG où l'on vient à cheval !

L'assemblée générale de l'association des Cavaliers au long cours s'est tenue à Verteillac en Dordogne, du vendredi 1 au dimanche 3 novembre. Dit comme ça, l'annonce paraît anodine, mais déjà, 3 jours pour une assemblée générale, est-ce normal docteur ? En général, une AG est torchée en un après-midi, non ? Et est-ce habituel que pour une AG, 75 personnes, soit la moitié des membres de l'association répondent "présent" ? Et que la plupart dorment sous la tente, sous la pluie et dans le froid ? Et que certains viennent à cheval ? Et qu'il y a plein de nouveaux membres, des jeunes en particulier ?

"L'Emile" et ses bacchantes

En fait l'AG ne prend que peu de temps, c'est le reste qui compte. On y vient pour les présentations, les échanges techniques, les grandes conversations informelles, les soirées où l'un des membres raconte son voyage, bref pour la chaude amitié. Émile était là justement ou plutôt "l’Émile », moustachu (ah les belles bacchantes !), cofondateur et père spirituel de l'association. Ses quatre années de traversée du continent américain (plus le reste) sont loin de l'avoir rassasié.

Accro aux mules aux longues oreilles

Maintenu de longues années à résidence par un projet de ferme muletière (Émile est accro à ces longues oreilles et à leurs braiments mélodieux) et par ses obligations familiales (il n'a pas élevé que des mules !), il ronge son frein mais les poils grisonnent et les gamins grandissent. Et quand il nous parle de ses projets de voyage, on n'y croit plus trop. Mais à 60 ans et quelques, une fenêtre s'ouvre. On s'aperçoit que la flamme est là, intacte. Le voilà reparti pour 2 ans, aux États-Unis et au Canada. Visiblement, il a envie d'en découdre.
rr
Une mule de selle, deux mules de bât pour Emile Brager en 2020 ©Emile Brager
Lorsqu'il est revenu à l'AG pour voir ses enfants et sa famille cavalière, il s'était déjà procuré 3 mules avec lesquelles il avait parcouru 1.800 km. Rien que ça. Mais tout n'est pas rose dans l’univers des cavaliers au long cours. Rien à voir avec des vacances. Écoutons ce qu'il raconte. Son mail date du 20 novembre.

En exclusivité pour le Mag des Cavaliers Voyageurs

"Bonjour à tous et à chacun, Pour ceux qui n'étaient pas à l'AG de Dordogne, voici quelques nouvelles fraîches : mon équipe est en ce moment au Dakota du Nord, il y fait -15 ° au petit matin. Depuis l'Idaho, nous avons traversé 3 chaînes de montagnes et avons débouché dans les grandes plaines : la steppe à l'infini, des grandes cultures ou des vaches en élevage extensif. Je suis passé un peu loin pour pas avoir à me faire courser par une cow trop maternelle ou un bull susceptible. Très peu d'arbres, un ranch tous les 10 à 40 km. Parfois des difficultés à trouver l'eau. Encore et toujours du gros gibier, chevreuils et antilopes, des coyotes, des bisons dans un parc national, avec le premier voisin à 2 jours de cheval. Une paix royale. J’en étais resté a une tentative de ''civilisation'' de mes trois mules. Après quelque 1800 km, elles ne travaillent maintenant plus sous le stress et ont enfin révélé qui elles sont et ce qu'elles peuvent donner.

Vie sauvage et Amérique profonde

Pas réjouissant à vrai dire. Autant mes objectifs de vie sauvage, de paysages et de rencontre de l'Amérique profonde sont remplis au delà de mes espérances, autant la relation avec mon équipe est insatisfaisante. Jojo a été bon, il est fiable mais il se fait vieux et se découvre parfois une mentalité de fonctionnaire de l'équipement : il ne perdra jamais ni du poids ni son sang-froid, il travaille sur la route mais ne loupe aucun lieu de bivouac possible, même au milieu de la matinée. Au delà de 30 km/jour, il me fait comprendre que ça suffit s’il veut profiter de sa retraite !

50 km par jour

Jack tient étonnamment bien le bât malgré son dos rond mais il reste grognon. Il ne supporte pas les caresses, porte d'entrée facile mais non utilisable chez lui.
Sally est physiquement une machine de guerre capable de tomber avec aisance  50 km/jour pendant 15 ans mais elle n'a confiance en rien ni personne et surtout pas en elle- même. Elle est capable d'exploser n'importe quand. Elle m'a mis gravement en danger 5 fois et même si ce n'était jamais contre moi, c'est cinq fois de trop. La moindre fracture au milieu de nulle part peut prendre des proportions dramatiques.

Survie potentielle en hiver

Et je suis souvent très isolé. Et l'hiver arrive avec son lot d’intempéries, de survie potentielle, de cavalier centré sur lui même, engourdi, peu réactif ou peu présent.
rrr
Stéphane Bigo, vieil ami d'Emile, avait lui aussi traversé l'Amérique (ici, au Colorado) avec une mule ! ©Stéphane Bigo
Avec la neige mouillée et deux emballements terriblement dangereux en bord de route, entre goudron, fossé plein d'eau et barbelés, je me suis bien trempé. J'ai mis 3 jours à me réchauffer. J'avais froid au lit et sous la douche...
Il faut donc prendre des décisions. Je cherche à vendre Sally avant qu'il ne soit trop tard et à acheter une jument de selle capable de me tirer les deux autres. L'ambiance générale risque de changer. Je serai moins ''celui qui oblige''.

Sous la tente ou dans les ranchs

Après un séjour en France où je me suis senti décalé, me voilà de retour dans les plaines. Si je ne trouve pas maintenant, je continue vers le Nord en cherchant, au fur et à mesure des rencontres. Il y a beaucoup de chevaux qui ne font rien. Je finirai par trouver.Je suis à 10 jours du Canada, de plus en plus dans les ranchs pour nourrir fort et abreuver mon équipe, et pour m'éviter de monter la tente (beaucoup de travail pour 5° de mieux que dehors, autant dormir et seller sous un hangar !).

Bâter léger

Et je me confronte à l'hiver qui est sérieux dans ces étendues plates abritées des influences tempérées du Pacifique par les Rocheuses. Objectif : les grignoter à l'usure, viser 20 km et un itinéraire simpliste, s'assurer avant de partir que je vais rencontrer un ranch où un village, surveiller la météo, refuser de démarrer en cas de neige qui pourrait me faire perdre mes repères, avoir de la nourriture et du grain, être bien équipé en vêtements (ici, c'est assez facile à trouver), bâter léger pour ne pas avoir à faire de pause à la mi-étape, partir sec, chaud et le ventre plein (ça, je sais faire, j'ai pris 5 kg en 4 semaines... l'hiver se chargera de ma ligne !). 
Donc, nous y sommes. Si l'hiver est trop difficile pour moi, la planète ne s'arrêtera pas de tourner. Je saurai si je reste faire du woofing dans un ranch ou si je rentre hiverner en France.

Une société dans l'excès

Je pourrais aussi vous parler de la société américaine. J'ai rencontré une quantité de braves gens, capables d'enthousiasme et de coups de main. Par contre, la société elle-même, hé bé, je ne suis pas convaincu. Je vois tout ce que je ne veux pas, ni pour moi, ni pour la planète. Tout est dans l'excès. Les premières semaines, on est impressionné. Ensuite, on se fait violence pour ne pas exploser, donner des leçons ou ricaner. Mais ceci est un autre sujet.

Emile est revenu en France pour l'AG des Cavaliers au long cours
Emile est revenu en France pour l'AG des Cavaliers au long cours © Stéphane et Véronique Bigo
Et si vous voulez artificialiser un voyage, mettez-vous ou laissez-vous mettre sur Facebook. Le mal est fait pour moi. Je suis devenu ''famous''. Ça a grossi comme un chou-fleur. Les gens m'interpellent, s'arrêtent au milieu de la rue, posent les questions dont ils connaissent les réponses, imposent leur selfie, m'emmènent leurs enfants comme si j'étais Jésus-Christ. Ce comportement est significatif d'une capacité d'enthousiasme, certes, mais aussi d'une société qui s'emmerde grave et a besoin de vivre par procuration.

Célèbre grâce...  ou à cause de Facebook 

Seule une nénette est descendue de voiture, a attendu son tour et a dit ''s'il vous plaît'' puis ''merci'' en partant pour me rattraper un peu plus tard avec de quoi me désaltérer. Je l'aurais embrassée ! Je ne l'ai pas fait mais le ''lonesome cowboy ; a long way from home'' que je suis se sent parfois seul...Avantages de la célébrité, ça éloigne les flics, ça rassure les ''tiny balls'' derrière leur fenêtre et ça favorise l'accueil et le coup de main. Certains restent dans cette admiration enfantine béate, d'autres plus efficaces changent rapidement de registre pour passer dans l'accueil de l'étranger et c'est là que ça devient intéressant parce que plus profond, plus adulte.En hiver, ça deviendra probablement précieux. À la frontière aussi. Affaire à suivre, donc.
Avec mes amitiés
Émile. »
(Propos transmis par Stéphane Bigo., que nous remercions).
Une AG où il y a autant de chevaux que d'adhérents !
Une AG où il y a autant de chevaux que d'adhérents ! © Stéphane et Véronique Bigo

Photo édito : © Elsa Gautherot

Achetez le livre d'Emile Brager, Techniques du voyage à cheval.

Lisez aussi sur le blog :