Immersion en culture camarguaise

Immersion en culture camarguaise

Cavaliers du monde / Cultures équestres / Destinations / France / Paroles de cavaliers / Portraits 0

Il faut quitter la route pour découvrir l'âme de la Camargue. C'est précisément ce que nous avons fait en rencontrant Françoise Peytavin au cœur de sa manade Camarguaise. Elle nous raconte ses souvenirs de cavalière, autour d'un verre de vin rosé à l'ombre des anciennes écuries. 

50 ans de manade ! 


Lorsqu'elle est venue pour la première fois passer quelques jours de vacances à la manade, Françoise Peytavin ne pensait pas devenir un jour éleveuse de taureaux camarguais... Un demi siècle plus tard, elle et son mari André habitent toujours les lieux. A force de travail, la manade a bien changé. 

Cheval dans le delta en Camargue @Blog Cheval d'Aventure
Cheval dans le delta en Camargue @Blog Cheval d'Aventure

Difficile d'imaginer qu'il y a seulement 50 ans, le marais occupait tout l'espace jusqu'à la route qui borde aujourd'hui la manade. La cour centrale n'était alors qu'une roselière. "On ne voyait pas à deux mètres, se souvient Françoise. Au début des années soixante, un baraquement en bois servait de point de départ aux promenades à cheval."
A la fin des années 1980, Françoise rachète la manade pour élever des taureaux camarguais avec André, son mari. Le couple emménage alors dans les écuries et transforme le bâtiment annexe en gîte pour accueillir les cavaliers visiteurs. De nouvelles écuries seront bâties plus en retrait. L'exploitation compte aujourd'hui 120 têtes de bétail parmi les 20 000 bêtes de race Camargue recensées dans la région. Pour comparaison, la Bretagne a elle seule compte dix fois plus de bovins ! Chez les Peytavin, la Camargue se transmet de génération en génération ; si bien que les enfants de Françoise et André n'ont pas quitté la région. 

Taureau de Camargue @Blog Cheval d'Aventure
Taureau de Camargue @Blog Cheval d'Aventure

Aujourd'hui, un fils d'André gère l'exploitation alors que son épouse dirige le centre équestre et enseigne la monte camarguaise aux cavaliers. Françoise, elle, guide les visiteurs dans le marais. A la manade, un tour des marais se termine toujours par un verre de vin rosé à l'ombre et une dégustation de terrine de taureau faite maison !
A la belle saison, Françoise et André accueillent toujours avec bonne humeur et naturel les cavaliers venus d'ailleurs pour partager leur mode de vie et le travail de "cow-boys à la française". 

Randonnée à cheval aux côtés des taureaux de Camargue @Blog Cheval d'Aventure
Randonnée à cheval aux côtés des taureaux de Camargue @Blog Cheval d'Aventure

La Camargue prend l'eau 


Alors que la mer méditerranée monte, le delta du Rhône, à l'est du parc régional de Camargue, s'enfonce. L'issue est inéluctable. "La prairie dans laquelle nous montions ce matin est sous le niveau de la mer, souligne Françoise. La Camargue finira sous l'eau." Le trait de côte se modifie et les tempêtes sont de plus en plus violentes. "La montée des eaux est très visible depuis 30 ans seulement, continue la femme de cheval, dans moins de 100 ans tout aura changé".  
Que deviendront les gardians sans marais ? La Camargue compte aujourd'hui 140 manades d'élevage de taureaux camarguais et 30 manades d'élevage de taureaux de combat. Au total, 35 gardians professionnels vivent de ce métier. Les autres sont des gardians amateurs non moins compétents. Gardians du dimanche, ils portent une autre casquette dans la semaine et mettent leurs éperons le weekend pour travailler les troupeaux à cheval.
"J'ai eu l'occasion il y a plusieurs dizaines d'années de rencontrer les butteri*, raconte Françoise. Nos traditions équestres sont très proches. C'est un peu la Camargue en négatif." Les taureaux camarguais sont noirs alors qu'en Toscane ils sont blancs. A l'inverse les chevaux camarguais sont blancs alors que les robes des chevaux des butteri sont baies. 


Chevaux de Camargue en semi-liberté dans le delta @Blog Cheval d'Aventure
Chevaux de Camargue en semi-liberté dans le delta @Blog Cheval d'Aventure

Un tempérament de gardians  


A Saliers, commune où sont installés Françoise et André Peytavin, le premier weekend d'août est un moment de fête. Les camarguais, toutes générations confondues, sont très attachés à leurs traditions. L'abrivade**, qui consiste à encadrer un groupe de taureaux à cheval pour les conduire aux arènes ;  et les courses camarguaises continuent d'attirer les foules. La fête annuelle de chaque village est donc l'occasion pour les éleveurs de montrer leurs taureaux et pour les cavaliers, de rivaliser d'adresse. 

Gardians au travail @Blog Cheval d'Aventure
Gardians au travail @Blog Cheval d'Aventure

Avant l'arrivée des camions pour transporter le bétail, les abrivades duraient deux à trois jours. En selle, les cavaliers menaient les taureaux attendus pour la course à travers les marais, jusqu'aux arènes du village en fête. Les gardians faisaient halte pour la nuit dans un Mas alors que les bêtes attendaient dans le coral. "Juste avant l'arrivée au village les cavaliers abrivaient (éperonnaient) leurs montures pour traverser la foule au grand galop, raconte Françoise avec enthousiasme". Les jeunes du village jouaient leur rôle et tentaient de percer l'escorte serrée formée par les gardians pour laisser échapper les taureaux. Tous les coups étaient permis. "Les jeunes habitants du village utilisaient des bâches en plastiques pour faire peur aux chevaux, allumaient des feux sur les bords de route ou jetaient de la farine au visage des gardians, ajoute celle qui participait volontiers à ces abrivades". 

Les arènes, tradition dans la culture camarguaise @Blog Cheval d'Aventure
Les arènes, tradition dans la culture camarguaise @Blog Cheval d'Aventure

L'une d'entre elles, l'abrivade du Cailar était particulièrement attendue. Françoise y a pris part plusieurs fois. "Je remplissais mes bottes de coton pour protéger mes jambes, se souvient Françoise. Après la fête, je ne portais pas de robe pendant plusieurs semaines pour cacher les bleus !"
Sur la ligne de départ, Françoise était l'une des cents cavaliers en selle dans l'herbage des taureaux. La foule rassemblée déjeunait de grillades. Pour rassembler les taureaux, les gardians jouaient déjà des coudes et des étriers. Il fallait du courage et de la détermination pour se tailler une place parmi les huit finalistes qui franchiraient le village en encadrant les taureaux ! 

Le taureau camarguais, au travail comme à la fête


André, le mari de Françoise, se réjouit toujours aujourd'hui de voir ses taureaux dans l'arène lors des courses camarguaises. Si les cavaliers qui participent aux abrivades offrent un spectacle impressionnant, les deux gardians qui se placent au centre de la piste face au taureau pour l'attente au fer forcent l'admiration.

A cheval au cœur de la Camargue @Blog Cheval d'Aventure
A cheval au cœur de la Camargue @Blog Cheval d'Aventure

"C'était la spécialité des hommes de la famille", explique Françoise devant une photo de son mari en pleine action. Il faut imaginer le sang froid de ces hommes. A pied, jambes fléchies, en appuis dans leurs bottes de gardians, au cœur de l'arène baignée de poussière et de chaleur, ils les lisent les intentions d'un taureau de 500 kilos prêt à charger. L'attente au fer consiste à s'opposer à la charge du taureau armés seulement d'un trident de fer au bout d'un bâton... Si l'action est bien menée, l'animal apprendra qu'il doit respecter le gardian à pied. Pourtant, à la moindre erreur, à la moindre hésitation, au moindre faux pas, l'issue sera dramatique.
Le public aime l'attente au fer et la foule des arènes retient son souffle devant les deux gardians. A quelques mètres seulement, sous les regards, deux hommes s'apprêtent à corriger un taureau récalcitrant, qui ne veut pas rentrer au char ou au toril, par exemple. Dans les valeurs de ce geste technique vit l'âme de la Camargue, la culture des manades et l'histoire des gardians. 

Travail du bétail avec les gardians camarguais @Blog Cheval d'Aventure
Travail du bétail avec les gardians camarguais @Blog Cheval d'Aventure

*: peuple de gardians italiens
**: abrivade - Vient du terme provençal abriva qui signifie accélérer, précipiter

Rejoignez Françoise au cœur du delta du Rhône et découvrez une manade authentique pendant un séjour à cheval en Camargue

Découvrez d'autres articles : 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !