J'ai lu...  Chevauchées sibériennes, de Jean-Louis Gouraud

J'ai lu... Chevauchées sibériennes, de Jean-Louis Gouraud

Brèves / Cavaliers Voyageurs / Christophe Leservoisier / J'ai lu... / L’art et les chevaux / Russie 0
Très belle idée que d’avoir rassemblé ces deux romans en un livre à la couverture inspirante : Chevauchées sibériennes, de Jean-Louis Gouraud. Le ton est donné, il s’agit de liberté, de chevaux sacrés, d’épopées, de chevauchées initiatiques,  de nomadisme et de la grande Sibérie.

Deux chevaux héroïques

Serko et Riboy : deux chevaux héroïques, qui, chacun au fil d’une très longue pérégrination, révèle à son cavalier un morceau de lui-même.
En novembre 1889, avec Serko, Dimitri Pechkov, officier cosaque, va chevaucher durant 193 jours et parcourir plus de 9000 kilomètres pour rejoindre Saint-Pétersbourg depuis sa garnison, située aux bords du fleuve Amour, à la frontière de l’Empire Russe et de la Chine. Dimitri voulait informer le Tsar Alexandre III du massacre annoncé de tous les chevaux Evenks et en démontrer, par cet exploit, leur valeur et leur courage. Après l’assassinat de son fils, Muktan, par des marchands chargés de collecter et de conduire les chevaux Evenks à la boucherie,  Isungu, vieux chef Evenk, donne à Dimitri son meilleur cheval : Serko.

Un Far East incroyable

Commence alors une fantastique épopée à travers la Russie du XIXème siècle, un Far East incroyable et bien raconté avec des commerçants, des trafiquants d’armes et de fourrures, des nomades éleveurs de chevaux et de rennes, Bouriates et Toungouses, le Baïkal gelé, d’immenses paysages de taïgas et de steppes, la traversée de l’Oural, les fleuves mythiques de l’Ob ou de la Volga... 
Des rencontres improbables, brutales, cocasses, cruelles, amoureuses, jalonnent le cheminement de Pechkov, lui le cosaque un peu timide, et l’amènent en héros célébré durant le dernier tiers de l’épopée, jusqu’à Saint-Pétersbourg en mars 1890. 

Un chamane en Sibérie

Riboy est un cheval que Jean Louis Gouraud imagina, pour inspirer Bartabas qui souhaitait tourner un film en Sibérie, ayant beaucoup aimé la lecture de Serko. Ainsi est né en 1996, le film « Chamane », L’histoire raconte la fuite dans la taïga, en plein hiver, d'un chamane Yakoute, Anatoli Sergeïevitch, et d'un violoniste, Dimitri Nicolaïevitch, retenus dans un goulag en Sibérie, sur le dos de deux chevaux yakoutes.
En chemin, le chamane meurt d’une balle de leurs poursuivants. Durant son agonie, après lui avoir demandé de libérer son cheval, dans un murmure il parle à Dimitri : « Il faut que tu fabriques un lit avec des branches. Le plus haut que tu pourras. Entre des arbres. Tu y déposeras mon cadavre. Et mes ongons. C’est tout. Les esprits s’occuperont du reste. Tu prendras ma veste et ma chapka : elles te serviront. Tu réussiras à t’échapper, tu verras. N’oublie pas, Dimitri, tu es chamane ».
Après maintes épopées, Dimitri finit par rejoindre Irkoutsk, sa ville natale, il comprend que sa vie est la liberté, fondue dans les immensités sibériennes avec son cheval, en paix,  loin des passions humaines… 

En savoir plus sur l'auteur

Jean Louis Gouraud est auteur prolifique, gourmand d’histoires et de cultures équestres. J’ai eu la chance de rencontrer cette encyclopédie du cheval grâce à Anne Mariage qui m’avait invité à l’avant-première du film de Joël Farges « Serko ». 

Christophe Leservoisier – Cheval d’Aventure 

Chevauchées sibériennes, de Jean-Louis Gouraud, Editions Arthaud Poche.
Disponible  en ligne sur Amazon et sur  Equibooks

Lisez aussi sur le blog :