Sciences : l’étonnante mémoire affective des chevaux

Sciences : l’étonnante mémoire affective des chevaux

Ethologie / L'info éthologique du mois 0
Une étude britannique a révélé que les chevaux pouvaient décrypter des émotions sur la photo d’un visage humain, et la mémoriser.

Reconnaître un visage sur une photo

Les chevaux se souviennent de l’expression du visage d’un inconnu vu en photo quelques heures plus tôt !
Leïla Audrey Pagès
Ce poulain est déjà capable de discerner l'expression souriante et bienveillante de cette humaine en face de lui ! © Leïla Audrey Pagès
C’est ce qu’ont démontré le Professeur Karen McComb, de l’université du Sussex, et le Docteur Leanne Proops, de l’université de Portsmouth, deux spécialistes du comportement animal. Leur étude confirme que lorsqu’ils voient « en vrai » un inconnu dont le visage leur a été présenté quelques heures plus tôt, les chevaux le reconnaissent – sur une photo couleur de bonne qualité, en format A3 (42 x 29,7 cm).
Mieux encore : les chevaux sont également capables de se souvenir de l’expression du visage, souriant ou en colère, qu’ils avaient vue sur la photo - même si l’inconnu qui leur est présenté garde cette fois un visage neutre.

Vision latérale du cheval

Pour aboutir à cette étonnante conclusion, les deux scientifiques se sont basés sur une particularité de la vision du cheval, qui est sa latéralisation. Explications : on sait que la vision du cheval est latéralisée, c’est-à-dire que grâce à ses deux gros yeux situés sur les côtés, il couvre un champ visuel très large, d’environ 330 à 340 degrés. En d’autres termes, la seule partie que le cheval ne voit pas se situe derrière lui, au niveau de sa croupe - ce qui explique pourquoi il peut botter ou faire un brusque écart si quelqu’un ou quelque chose survient sans prévenir dans cette zone. C’est ce qu’on appelle une « zone aveugle » !

Oeil gauche, hémisphère droit...

Les scientifiques savent depuis une vingtaine d’années que chez différentes espèces animales, l’hémisphère droit du cerveau est préférentiellement utilisé pour évaluer une menace – autrement dit l’œil gauche, puisque les nerfs optiques se croisent avant d’aboutir dans le cerveau. Et des chercheurs de l’université de Cambridge ont également démontré que des moutons étaient capable de reconnaître les photos des visages de  Barack Obama ou de la comédienne Emma Watson !
@Blog Cheval d'Aventure
Mieux vaut toujours se placer face à son cheval que derrière, afin de ne pas le surprendre dans sa "zone aveugle" @Blog Cheval d'Aventure
Dans cette lignée de réflexion, il y a deux ans déjà, Karen McComb et Leanne Proops avaient  à leur tour démontré que les chevaux présentaient bien ce biais de latéralisation. Et qu’ils regardaient plus longuement avec leur œil gauche des individus dont le visage était en colère que ceux qui souriaient… Leur nouvelle étude va donc encore plus loin puisque cette fois, ce sont le décryptage d’émotions sur la photo d’un visage humain et leur mémorisation qui ont été démontrés… Un constat directement lié à la vision du cheval.

Pas moins de 7 muscles oculaires

Petit rappel sur cette vision propre à l’espèce équine : le globe oculaire du cheval possède pas moins de 7 muscles. On les appelle des muscles striés. Ce sont eux qui permettent de mobiliser le globe : il y a 4 muscles droits (dorsal, ventral latéral et médial, permettant des mouvements horizontaux et verticaux) ; 2 muscles obliques (dorsal et ventral,  mettant l’œil en rotation) ; et 1 muscle rétracteur du bulbe (permettant une rétraction du bulbe dans l’orbite). Voilà pourquoi l’œil de votre cheval est si profond et expressif !

Perception du monde et comportement

Quant à la position des yeux du cheval sur les côtés, elle a des conséquences directes sur sa perception du monde qui l’entoure (congénères, humains…)  et donc sur son comportement. Nos scientifiques britanniques l’ont bien démontré dans leur étude ! Impossible, donc, de se dire cavalier si l’on ne s’y intéresse pas… En effet, comprendre comment voit votre cheval vous permet de mieux appréhender ses comportements dans de nombreuses situations. 

Le cheval, animal-proie

Les réactions de votre cheval sont bien souvent dues au fait qu’il bénéficie de ce champ de vision particulièrement étendu à 330 ou 340 degrés - grâce au positionnement latéral de ses yeux volumineux et à sa pupille allongée. On peut dire qu'il voit de sa hanche gauche à sa hanche droite. En comparaison, celui de l’homme avoisine les 190° ! Sur les côtés, sa vision monoculaire (ce qui est vu par un seul œil), lui permet de distinguer rapidement tout ce qui est en mouvement - un atout indispensable à cet animal qui vit en troupeau et qui a un statut de proie. Ainsi, le groupe à l'état naturel a en permanence une vision panoramique de ce qui l’entoure…    
Photo édito : © Leïla Audrey Pagès, auteur du documentaire équestre Sans attache

Lisez aussi sur le blog :