Monter à cheval, c'est bon pour la santé !

Monter à cheval, c'est bon pour la santé !

À cheval ! / Sports équestres 0
… et c’est scientifiquement prouvé ! C’est ce que nous explique Jean-Marc Gentil, kinésithérapeute, ostéopathe, préparateur physique et cavalier partenaire du Pôle Santé d’Equita’Lyon.   

Pas mauvais pour le dos


Jean-Marc Gentil fait partie du comité de pilotage du Pôle Santé d’Equita, où nous l’avons rencontré.

@Blog Cheval d'Aventure
Pratiquée avec une justesse posturale, l'équitation est bénéfique pour le corps @Blog Cheval d'Aventure

Au fil des ans, le Pôle Santé animé par des vétérinaires équins, éthologues, kinés, etc. est devenu une référence en termes de réflexion médicale et d’information scientifique auprès du public, cavalier ou non... En effet, bien des gens pensent encore que « l’équitation, c’est mauvais pour le dos ». Voici un  point bienvenu sur certaines idées reçues !

Bientôt sur le blog, d'ailleurs, nous vous décrirons en photos notre test de cavalier, effectué sur place avec Jean-Marc Gentil au moyen d'astucieux appareils qu’il a lui-même conçus afin d’améliorer la prise de conscience posturale. Idéal pour comprendre les différentes approches de la préparation physique du cavalier et les effets de la pratique équestre sur notre corps ! 

hh
Le saut d'obstacles sollicite plus les muscles et les articulations ©Marco Villanti/Longines AOHS 2018

Un cavalier de loisir est-il plus soumis à certaines douleurs dorsales que le pratiquant d’une autre discipline ?

JEAN-MARC GENTIL : Si l'on parle d'une pratique "ordinaire" de l’équitation, qui exclut donc les chutes, la monte à cheval peut être au contraire extrêmement bénéfique. L'équitation permet en effet une prise de conscience et une correction posturales, ainsi qu’une tonification musculaire. Les mouvements répétés lents du cheval vont entraîner chez le cavalier une mobilisation douce avec un changement des points d'appui vertébraux, qui peuvent même soulager certaines lombalgies.

De plus, l'équitation améliore également la sensibilité proprioceptive (équilibre). Elle développe la coordination entre le buste, les mains et les jambes. On peut donc dire que l'équitation est bénéfique au cavalier modéré dans sa pratique, dans la mesure où il est empreint de justesse posturale.


Photo Betty Beg
Le cheval est souvent considéré comme un miroir émotionnel. © Betty Beg


En revanche, il est vrai qu’un cavalier secoué comme un "sac de noix" sur sa selle pourra présenter des répercussions musculaires et articulaires, et aussi entraîner des troubles chez son cheval.

Outre le côté physique, la pratique de l’équitation, il ne faut pas l’oublier, présente également un aspect émotionnel. Le cavalier est en contact direct avec un être vivant et ressentant : le cheval est souvent considéré comme un miroir émotionnel.


Selon l’âge du cavalier, s’il est enfant ou au contraire senior, y a-t-il des contre-indications à la pratique de l’équitation ?

J.-M.G. : L'équitation est une pratique considérée à risques : les chutes peuvent avoir des conséquences graves, encore plus chez les gens âgés.

Le complet est la discipline la plus à risque. Ici, Bénédicte Potel sur Siamo © Jessica Garcia
Le complet est la discipline la plus à risque. Ici, Bénédicte Potel sur Siamo © Jessica Garcia

L'équitation de dressage ou de balade présente moins de risque de chutes que l'équitation d'obstacles ou le concours complet par exemple.

Chez les adolescents, l'éducation posturale et le tonus musculaire nécessaire peuvent participer à une correction de certaines déviations de l'axe vertébral et participe à la rééducation. Toutefois, il faut prendre quelques précautions face à certaines pathologies comme les maladies de croissance, la maladie de Scheuerman par exemple, surtout lorsque l'adolescent veut pratiquer l'équitation de façon intense.

L'apport éducatif du cheval, son respect nécessaire, le contact sensoriel, sont des bénéfices importants que le cavalier soit à cheval ou à coté de lui.

nn
Quel que soit l'âge du cavalier, la protection physique (bombe ou casque) est une nécessité. Photo © A.Rochau/Fotolia


Le senior, quant à lui, peut pratiquer l'équitation jusqu'à un âge avancé pour autant qu'il limite les risques.

Quel que soit l'âge, la protection physique (casque, gilet) est une nécessité absolue. Les règles de sécurité et de positionnement par rapport au cheval doivent être enseignées et respectées.

Enfin, l'équitation chez les personnes en situation de handicap est une aide et une possibilité merveilleuse.


Pour finir, que recommande le kinésithérapeute à un cavalier avant, pendant et après sa séance à cheval  ?

J.-M.G. : Avant de monter, un échauffement musculaire et articulaire permettra une pratique juste et à moindres risques ; ceci est encore plus valable l'hiver où le cavalier passe souvent du chaud au froid. Après la séance, chez soi, au chaud, la pratique d'étirements adaptés sera un complément judicieux à l'équitation. Le bénéfice du travail sur des "Swiss ball" a également été démontré. 

Photo édito : Randonnée en Corse avec Cheval d'Aventure, ©  Christophe Lerservoisier


Lisez aussi sur le blog :