Les cavaliers à travers le monde

Les cavaliers à travers le monde

Cavaliers du monde / Cultures équestres 0
Chaque cavalerie du monde possède sa race emblématique, sa culture équestre, sa sellerie... Voici quelques tuyaux pour vous y retrouver au milieu de toutes ces traditions équestres.

Harnachement


Western


La selle western, éternelle partenaire du rancher… Mais pas que ! Si elle est bien sûr inévitable pour la pratique des disciplines western, qu’on soit rancher, cavalier de loisir ou de compétition, la selle western se popularise aussi chez les amateurs de randonnée, qui sont de plus en plus à sortir la western pour aller dehors confortablement et garder la classique pour le travail en carrière.

Les dimensions particulièrement larges de la selle compense avec son poids, permettant ainsi au cheval de rester libre de ses mouvements et de ne pas être gêné. Le dos du cheval est également protégé par un tapis, ou pad, très épais, absorbant également sa transpiration. Plusieurs éléments spécifiques font la particularité de la selle western :
  • la corne : située à l'avant de la selle, elle permet au cavalier d'attraper le bétail au lasso, en enroulant la corde autour de la corne.
  • le troussequin : celui d'une selle western est plus élevé que celui d'une selle classique, donnant ainsi plus de confort et d'appui pour le cavalier.
  • la jupe : en cuir et placée sous l'arçon, elle permet  de protéger le cheval des barres de la selle ; répartir le poids du cavalier sur une plus grande surface ; protéger le cavalier de la transpiration du cheval.
  • les fenders : conçues pour protéger les jambes du cavalier de la transpiration du cheval, les fenders relient les étriers à la selle.
  • les tapaderos ou taps :  toutes les selles n'en sont pas équipées mais ces protections sont placées à l'avant de l'étrier afin de protéger les bottes de toutes branches épineuses et de garder les pieds au chaud.

Selle western @Blog Cheval d'Aventure
Selle western @Blog Cheval d'Aventure

Islande


La particularité de cette selle ? Elle est plate. Le siège plus long que celui d'une selle classique permet au cavalier de déplacer le poids de son corps de manière significative pour le cheval. La position de l'assiette conditionne les allures : en avant dans la selle, voire en équilibre, pour le trot ; au centre assis pour l'amble ; en arrière pour le tölt.
La selle islandaise se place légèrement plus en arrière qu'à la "normale", environ décalée d'un passage de sangle. Les épaules du cheval sont ainsi dégagées permettant une liberté des antérieurs pour une bonne action et amplitude. Une bonne selle est indispensable pour la qualité des allures spécifiques au cheval islandais. En général l’œil des étriers est placé perpendiculairement et permet à ceux-ci de tomber naturellement déjà en place.

Selle islandaise @Blog Cheval d'Aventure
Selle islandaise @Blog Cheval d'Aventure

Mongolie


La selle typique mongole se caractérise par une selle qui libère le dos du cheval et un siège très haut. Cette forme permet au cavalier de répartir le poids de son corps sur de longues bandes, laissant ainsi la possibilité au cheval de s'équilibrer sur ses épaules et de retrouver une locomotion normale.
Avec cette selle originale, les Mongols utilisent un harnais de tête unique au monde. Le bridon (amgai) n'est pas un filet à canons épais. Il est fait de deux tiges minces et courbes, se reliant dans la bouche et sortant largement des commissures des lèvres, jusqu'à remonter sur les joues. Là, ces tiges s'articulent sur deux anneaux, attachés aux montants. De ces anneaux partent deux rênes, et une longe sur le côté gauche.
La conduite du cheval se fait donc à une seule main sur de très courtes rênes, par appui de l'anneau sur la joue du cheval.

Harnachement d'un cheval mongol @Blog Cheval d'Aventure
Harnachement d'un cheval mongol @Blog Cheval d'Aventure

Chevaux spéciaux


Islandais


Le cheval Islandais est particulièrement connu pour ses deux allures supplémentaires que sont le tölt et l'amble.
Il est le descendant de races norvégiennes et celtes amenées sur l'île en bateau par les Vikings lors de la colonisation de l'Islande. La race est souvent mentionnée dans les légendes Vikings car elle était la fierté de ces hommes. Depuis 930, l'entrée est interdite à d'autres chevaux en Islande, permettant ainsi de garder la pureté de la race. L'Islandais est aujourd'hui une race restée pure depuis 1 000 ans, c'est un véritable témoin  du passé. Ce petit cheval robuste a dû s'endurcir et s'adapter au climat hostile du cercle Polaire. Amené par bateau, lâché dans les immensités de cette île, il lui fallait chercher la nourriture sous la neige pour survivre aux rudes conditions climatiques de l'Islande. Une sélection naturelle s'opéra alors, donnant à la race sa robustesse. L'Islandais mesure en général entre 1,25 et 1,45 m au garrot.
Élevé en troupeau en semi-liberté (les saillies, le poulinage et l'élevage se font en liberté), son poil est épais et rude, et ses crins fournis. Son dos est court et souple, sa croupe puissante et son encolure forte. La tête sèche et expressive est assez grosse pour sa taille, caractéristique des chevaux rustiques.
L'Islandais a la particularité d'avoir 2 allures supplémentaires. Le tölt (prononcez "teultt") est une allure naturelle marchée, claire, rythmée, à quatre temps égaux, qui peut varier progressivement de la vitesse du pas à celle du galop. L'attitude relevée et l'ondulation de la queue sont caractéristiques. D'apparence spectaculaire et saccadée cette allure est en fait la plus confortable qui soit, au point qu'un cavalier peut tenir un verre d'eau sans en renverser une goutte !
L'amble est une allure à deux temps dans laquelle le cheval se déplace par latéraux. Les deux jambes du même côté se déplacent en même temps ; au moment de changer de côté, le cheval se trouve en suspension.

Chevaux Islandais dans la péninsule de Snaefellsness @Blog Cheval d'Aventure
Chevaux Islandais dans la péninsule de Snaefellsness @Blog Cheval d'Aventure

Cheval Mongol


Le cheval Mongol est une ancienne race, probablement la plus ancienne réellement domestique et elle a influencé beaucoup d'autres races d'Asie et d'Europe jusqu'à une époque récente. Elevé par les tribus guerrières du pays, on pense que le cheval Mongol fut apparenté en des temps très anciens avec le cheval de Prjevalski. Il descend vraisemblablement de l'Equus caballus prjevalski Poliakov et de ces Tarpans sauvages qui peuplèrent jadis les steppes de l'Asie centrale. 
C'est un petit cheval et non un poney, ne confondez surtout pas ! Volontaire, infatigable, docile, et très endurant sont ses qualités principales. Le cheval Mongol est également doté d’une grande résistance. Il peut parcourir 80 à 95 km par jour, même en terrain accidenté, et les courses de 30 à 60 km font partie intégrante de la vie sociale.
Ce cheval est caractérisé par une tête massive et lourde avec un profil droit et un front large, des yeux en amande, des oreilles petites et très mobiles. L’encolure est courte, épaisse et musclée. Le garrot assez bas, annonce un dos très fort, court et droit, et une croupe longue, tombante et musclée, des membres solides et courts. Ce cheval aux crins abondants, présente généralement une robe baie, baie sombre, souris, noire, rouan ou isabelle. Il toise généralement entre 1,22 m et 1,42 m.
Le cheval Mongol est aussi utilisé pour le lait, indispensable à la vie pastorale de la population. Aujourd’hui encore, les Mongols utilisent traditionnellement le lait de jument notamment pour préparer un lait fermenté, l'aïrak. Consommé à grandes bolées, le lait de jument fermenté est l'aliment souverain de la vie mongole. Sans l'aïrak, pas de force, pas de résistance, pas de joie soutenue. À la fois breuvage et nourriture, l'aïrak établit une liaison fondamentale entre le cheval et le peuple des steppes : celui qui a grandit au lait de jument ne peut que connaître le langage des chevaux.

Troupeau de chevaux mongols @Blog Cheval d'Aventure
Troupeau de chevaux mongols @Blog Cheval d'Aventure

Marwari


Le Marwari est connu pour ses oreilles recourbées vers l'intérieur et son port de tête haut et fier. C'est un cheval robuste, facile d'entretien, vif et très endurant. Il possède une tête longue et fine et un profil assez droit.
D'après la légende, il serait né d'un étalon pur-sang arable noir et d'une jument indienne à la crinière blonde, qui se seraient aimés lors d'une nuit où la lune formait un croissant. En réalité, la race serait issue d'un croisement entre des chevaux autochtones et des chevaux arabes échoués sur les côtes de l'Inde suite à un naufrage. La colonisation anglaise des Indes va menacer la race en préférant le pur-sang anglais au Marwari. C'est grâce à l'alliance entre une anglaise et un noble indien pour la création d'un stud-book que la race des marwaris subsiste encore.
Le Marwari est principalement élevé au Rajasthan dans l'ouest de l'Inde, les effectifs étant faibles et les exportations très rares.Il est utilisé pour les déplacements, la traction légère et les travaux agricoles.
Il est traditionnellement utilisé pour "danser" lors de mariages et des fêtes , décoré de bijoux et de cloches.

Cheval Marwari et ses oreilles en croissant @Blog Cheval d'Aventure
Cheval Marwari et ses oreilles en croissant @Blog Cheval d'Aventure

Découvrez d'autres articles :

Cet article vous a plu ? Partagez-le !