Le cheval Mongol

Le cheval Mongol

Cultures équestres / Mongolie / Races de chevaux 0
Si, aujourd’hui, il accompagne les nomades dans leur vie quotidienne et permet aux cavaliers randonneurs du monde entier de découvrir un pays merveilleux, le cheval Mongol était jadis la fière monture du plus grand des guerriers.

La monture de Gengis Khan


Le plus grand conquérant de tous les temps montait des chevaux mongols @Blog Cheval d'Aventure
Le plus grand conquérant de tous les temps montait des chevaux mongols @Blog Cheval d'Aventure

Petit, endurant, courageux, le pied sûr : quatre caractéristiques qui résument parfaitement le cheval Mongol. Au XIIIe siècle, Gengis Khan bâtit une armée et part à la conquête du monde. Du haut de leurs  chevaux d’un mètre trente, les soldats mongols parviennent à conquérir un vaste Empire qui s’étend de la Corée à la Hongrie et de l’Inde à la Russie, le tout grâce à leurs montures, petites par la taille, mais grandes par leur courage ! Aujourd’hui encore, ce tempérament fait du cheval Mongol le compagnon indispensable des nomades, et il fait oublier son physique un peu ingrat aux randonneurs occidentaux.

@Blog Cheval d'Aventure
Le cheval mongol est l'héritier des fières montures de Gengis Khan @Blog Cheval d'Aventure

Comment reconnaître le cheval mongol ?


Tout simplement parce qu’on ne le voit qu’en Mongolie, et qu’en Mongolie on ne voit que lui… à l’exception des chevaux de Przewalski, réintroduits dans les années 90 et 2000, mais qui restent rares et discrets.
Petit, le cheval Mongol toise 1,30 m en moyenne.
La tête est lourde et épaisse, avec un chanfrein parfois légèrement busqué.
L’encolure est courte, massive et souvent musclée « à l’envers ».
La crinière est parfois rasée.
Le panel des robes est extrêmement varié, en passant par le souris, l’isabelle, le cape tachetée, le tobiano ou le champagne, le tout avec parfois raie de mulet et zébrures sur les jambes. 

Le cheval mongol s'est adapté au climat de la Mongolie @Blog Cheval d'Aventure
Le cheval mongol s'est adapté au climat de la Mongolie @Blog Cheval d'Aventure


Le cheval le plus courageux au monde 


Capable de trotter et de galoper des heures durant sans boire (les points d’eau sont rares dans la steppe), le cheval Mongol se contente d’une nuit à brouter pour reprendre des forces. Nul besoin de granulés, nul besoin d’abri ou de ferrure. Dès le lendemain, frais et dispo, le cheval Mongol reprend la route… et au trot s’il vous plaît – si ce n’est au galop – et ce même sous la chaleur écrasante de l’été continental.

Ce cavalier mongol conduit son troupeau avec l'urga @Blog Cheval d'Aventure
Ce cavalier mongol conduit son troupeau avec l'urga @Blog Cheval d'Aventure

Car s’il ne craint pas les températures extrêmes (+40°C en été, -40°C en hiver), le cheval Mongol a en revanche horreur des petits moucherons qui viennent lui piquer le nez et les oreilles… alors à vive allure, il s’en débarrasse plus facilement. Au bout de plusieurs heures de chevauchée, quelques grandes gorgées dans un ruisseau, un lac, ou l’abreuvoir d’une fermette suffiront à étancher sa soif. Pas la peine d’insister, il n’en veut pas plus. Il est déjà prêt à repartir.

Les enfants montent à cheval dès leur plus jeune âge @Blog Cheval d'Aventure
Les enfants montent à cheval dès leur plus jeune âge @Blog Cheval d'Aventure

Une rusticité forgée par les espaces battus par les vents


Si le cheval Mongol est si rustique, c’est parce qu’il a été forgé par des millénaires de sélection naturelle et plusieurs siècles de sélection humaine. Depuis toujours, ces petits chevaux vivent complètement libres, en troupeaux, pendant la majeure partie de l’année. Les nomades les capturent lorsqu’ils en ont besoin. En juillet, les chevaux les plus rapides participent à des courses de 15 à 28 km lors du Naadam, le grand festival annuel.

Avec son cheval, le Mongol n'est jamais seul dans la steppe @Blog Cheval d'Aventure
Avec son cheval, le Mongol n'est jamais seul dans la steppe @Blog Cheval d'Aventure

Compagnon indispensable à la survie des nomades (la Mongolie compte d’ailleurs autant de chevaux que d’habitants), le cheval Mongol est aussi utilisé pour son lait et sa viande. L’aïrag, lait de jument fermenté, est d’ailleurs présent au quotidien dans l’alimentation des éleveurs mongols.    

La richesse de son troupeau fait la richesse du Mongol @Blog Cheval d'Aventure
La richesse de son troupeau fait la richesse du Mongol @Blog Cheval d'Aventure


Indissociable de la Mongolie


On ne peut pas parler du cheval Mongol sans parler de son pays. Steppe, montagne, forêt, désert… la Mongolie regorge de paysages variés et magiques. Et compte 3 millions de chevaux Mongols pour 3 millions d’habitants ! Le pied sûr et vaillant du cheval Mongol vous emmènera partout. Les chameaux du désert de Gobi, les aigles de la steppe, les yacks, les vaches, les chèvres, les moutons… rien ne l’effraie puisqu’il vit au quotidien à leurs côtés.

Les lumières du ciel de Mongolie touchent au cœur... @Blog Cheval d'Aventure
Les lumières du ciel de Mongolie touchent au cœur... @Blog Cheval d'Aventure

Dans la steppe, attention toutefois à ne pas mettre le pied dans les terriers creusés par les sousliks, petits rongeurs cousins des marmottes. Attention aussi à ne pas passer derrière un cheval Mongol, car il a le coup de pied facile. Une qualité indispensable quand on veut survivre face aux loups…Si vous partez un jour en Mongolie, le courage de ces petits chevaux vous émerveillera autant que les somptueux paysages au milieu desquels vous chevaucherez. Alors un seul conseil : n’hésitez plus, partez vite. 

L'avenir de la Mongolie nomade est dans la pérennité des chevaux @Blog Cheval d'Aventure
L'avenir de la Mongolie nomade est assuré ! @Blog Cheval d'Aventure




Texte de Flore Pasquier paru dans Cavalière 62 (décembre 2016-janvier 2017)
Découvrez aussi la page Facebook du magazine

Lisez aussi sur le blog  :


Partez pour une randonnée en Mongolie et chevauchez sur des chevaux Mongols avec Cheval d'Aventure