Christophe Tanière, photographe équestre et non cavalier !

Christophe Tanière, photographe équestre et non cavalier !

L’art et les chevaux / Paroles de cavaliers / Portraits 4
Je ne connais pas Christophe Tanière, je l'ai repéré grâce à ses photos équestres sur le net. Je cherche toujours des photos originales afin d'illustrer les réseaux sociaux de Cheval d'Aventure. Ses photos m'interpellent et j'ai voulu en savoir plus. J'ai donc contacté Christophe et qu'elle n'a pas été ma surprise d'apprendre qu'il n'est pas cavalier.
Qui est ce drôle de photographe ? 


Peux-tu nous raconter tes débuts de photographe.


J’ai commencé la photographie, il y a une quinzaine d’années. A cette époque le numérique commençait  tout simplement à faire son entrée sur le marché.
Mes débuts en argentique (pellicule) furent laborieux, j’ai appris beaucoup en pratiquant et en remettant en cause mes erreurs. Une fois la technique acquise, j’ai commencé ma « vie photographique » en réalisant des mariages, du studio, en explorant différents styles et domaines.
Le plus difficile est de trouver son style en photographie. Comme un peintre que l’on reconnaît sans sa signature, le photographe doit être pareil.  
La baie de Somme à cheval
La baie de Somme à cheval @Blog Cheval d'Aventure


Comment es-tu arrivé à être mandaté par la Fédération équestre internationale sur certaines compétitions (le réseau entre Chantilly , Barcelone, La Baule....) 


Depuis un peu plus de cinq ans, j’ai découvert le monde du cheval. J'y suis entré en découvrant deux poneys qu’une amie me présenta pour les photographier. J’ai d’abord réalisé différents clichés très conventionnels, puis petit à petit, j’ai découvert une « âme » derrière cet animal. En portant l’appareil au viseur, j’ai vite découvert que le cheval nous transmet des émotions identiques voir supérieures à l’être humain.
J’ai commencé par aller sur les concours équestres. Néophyte, j’aimais prendre les photos des chevaux au saut, mais très vite je me suis ennuyé et j’ai cherché du côté du paddock.
Ree Kessler et son cheval
Ree Kessler et son cheval @Blog Cheval d'Aventure
Là, j’ai découvert un autre monde, un monde de travail, de partage, de sensations nouvelles mais malgré tout proche par exemple d’un reportage de mariage. Avec le cheval tout va très vite ! Et il faut être prêt à déclencher.
Petit à petit mon regard s’est affiné, j’ai cherché un style particulier, le mien. Il y a beaucoup de photographes équestres dans ce « milieu » fermé. Il faut se démarquer et au début ce n’est pas chose évidente, sans compter que je ne connaissais aucunement le jargon du « milieu ». Ma rencontre avec certains organisateurs m’ont permis d’arriver au sein de la FEI. J’ai réalisé ma première mission en 2015 à Equita’Lyon.
Au paddock lors du jumping de Chantilly
Au paddock lors du jumping de Chantilly @Blog Cheval d'Aventure
Leur brief pour chaque mission est pour ma part, montrer tout, sauf le sport ! Le couple homme/cheval, les grooms, les fans, l’ambiance qui y règne, sous un angle différent avec une lumière inhabituelle. Cette année 2016 est un challenge pour ma part. La saison 2017 s’annonce d’ores et déjà enrichissante !


Qu'est-ce qui t'attires dans la photo équestre, qu'aimes-tu photographier, quel message veux-tu transmettre ?  


J’aime dans la photographie, capturer l’instant, le moment où il se passe quelque chose, le moment où quelque chose au fond de moi me dit de déclencher. Mon travail est axé sur la photographie sociale, le reportage en entreprise et le cheval. Le message émotionnel que je transmets à travers mes images est bien celui que j’ai pu ressentir au moment de la prise de vue. Pour moi, la sensibilité est une qualité.
Ce n’est pas toujours facile à porter, mais ça aide énormément quand on exerce une passion artistique (et la photo en est une). Être sensible fait voir le monde différemment, avec plus de saveurs, de couleurs, et surtout d’émotions.
Meneuse au Breda Cones
Meneuse au Breda Cones @Blog Cheval d'Aventure
L’importance de l’émotion est primordiale, c’est ce qui va faire que l’on s’arrête plus sur une image qu’une autre. La sensibilité c’est aussi garder un regard d’enfant sur les choses. S’émerveiller d’un rien : d’une jolie lumière, de quelque chose d’amusant, de mignon, de ces petites beautés qui nous entourent tout le temps. Le côté réceptif,  attentif à ce qui nous entoure, car pour voir il faut d’abord savoir regarder, prêter attention aux détails. 
Jeunes cavalières de voltige
Jeunes cavalières de voltige @Blog Cheval d'Aventure


Est-ce que cela pose un problème de ne pas être cavalier pour photographier des chevaux ? 


Pas du tout. D’ailleurs, le fait de ne pas être cavalier me laisse une plus grande liberté dans le choix des images que je réalise.
Bien entendu, la pose du cheval doit être importante, tout comme celle du cavalier, mais n’ayant pas de connaissance purement technique je photographie au feeling, et cela fonctionne.  
Christophe Tanière, photographe équestre
Christophe Tanière, photographe équestre @Blog Cheval d'Aventure

Quelle est ton approche pour gagner la confiance du cheval ? 


Ahhahh ! Cela va vous faire sûrement rigoler mais mon approche passe d’abord par la rencontre avec le cheval. Pas question d’arriver et de le photographier. Comme pour un être humain, il faut d’abord établir un contact, se présenter à lui, l’analyser, lui présenter son matériel, boîtier, objectifs.. lui laisser le temps d’analyser ce qui se passe. Pas de geste brusque, si j’utilise du matériel (flash, boîte à lumière, parapluie) tout est fait en douceur.
Lorsque cela se déroule sur des concours, je me fais discret, j’évite le « mode » rafale de la prise de vue, trop bruyante à mon goût et non significative de réussite, le maître mot : déclencher au bon feeling.

Les joueurs de polo de l'équipe de France
Les joueurs de polo de l'équipe de France @Blog Cheval d'Aventure


Comment se passe un reportage : est ce que tu pars avec une idée bien précise ou tu improvises en fonction de l'environnement ? 


Lorsque je pars en reportage équestre en France ou à l’étranger, que je réalise des shootings pour des particuliers, à chaque fois j’improvise en fonction du contexte. Je pars d’abord faire un repérage des lieux, sans boîtier, juste visuel. Je m’arrange pour avoir accès aux endroits où je désire aller (pour les concours accréditations).
Le reportage démarre toujours par une phase d’échauffement, quelques photos, banales afin de mesurer un peu l’ambiance lumineuse et l’atmosphère.
Cheval de Guillaume Canet
Le cheval de Guillaume Canet @Blog Cheval d'Aventure
Puis petit à petit je me mets dans une bulle, un état où je suis en connexion avec mon sujet et mon œil. L’appareil photo est l’extension de mon esprit où sera fixée l’image. Je regarde énormément ce qui se passe autour de moi et je me dois de l’analyser très rapidement pour pouvoir saisir le bon moment.
Cheval sous la douche
Cheval sous la douche @Blog Cheval d'Aventure
De temps en temps j’ai beaucoup de chance à me trouver au bon moment au bon endroit. Parfois, le fait de discuter avec quelqu’un vous amène de la « matière » photographique. 


Que préfères-tu lors de tes séances ?  


En fait je dirais plutôt qu’est ce que je préfère après mes séances ?  Chaque fois que je réalise un reportage équestre, je n’ai aucune idée de ce que je vais réaliser. Pourquoi ?  Simplement parce que le cheval est imprévisible. Contrairement à l’être humain, vous ne pouvez pas lui demander de faire telle ou telle pose. La lumière n’est pas toujours à l’endroit que l’on voudrait, le lieu ne s’y prête pas, etc.
Cependant lors de mes séances, ce que j’aime c’est l’inconnu, la photo à laquelle on ne s’attend pas ! Le petit plus qui va faire une photo différente. 
Equipage d'une calèche
Boyd Exell - Attelage - Equipage d’une calèche @Blog Cheval d'Aventure


Quelques conseils et astuces pour nos cavaliers voyageurs, photographes amateurs  


Être un bon photographe ne signifie pas seulement connaître la technique sur le bout des doigts et composer avec les règles. Non, il faut aussi certaines qualités humaines. Si je dois vous donner un conseil pour démarrer la photographie équestre, la première chose est d’être en adéquation avec le cheval. Ensuite une autre règle, cette fois plus photographique, est de se dire : "que veux t-on montrer ?"  un souvenir ? un détail ? un moment précis ?, toujours se dire avant de déclencher, « qu’ai-je envie de montrer ? ».
Le numérique est tellement facile de nos jours que l’on déclenche sans réfléchir, bien malheureusement.
Frison sur la plage au Mexique
Frison sur la plage au Mexique @Blog Cheval d'Aventure

Quelques astuces photos si vous voyager et que vous réaliser des photos de chevaux. Tout d’abord, privilégier les instants du matin et de la fin de journée pour photographier, la lumière y est plus douce. Point de vue matériel, un compact, bridge ou hybride (objectifs interchangeables) fera l’affaire. Si vous photographier votre cheval avec un paysage, soigner l’arrière plan, le format paysage du boîtier. Si vous désirez faire un plan serré de sa tête utiliser votre boîtier en vertical. Il y a pleins d’autres conseils à vous dire mais la liste serait trop longue....
Transhumances des Hensons en baie de Somme
Transhumance des Hensons en baie de Somme @Blog Cheval d'Aventure
Pour mes photos, je travaille avec deux boîtiers numériques et plusieurs objectifs de grande ouverture pour garder l’ambiance de la lumière environnante. J’utilise très peu le flash en reportage sauf lorsque je recherche une atmosphère particulière. Afin d’obtenir la plus grande possibilité de traitement d’images, je travaille uniquement en format « RAW ». Je développe ensuite en post-production (couleurs, densité, netteté, recadrage si nécessaire, traitements spécifiques…) suivant la charte graphique imposée par le client. 

Pour toi, comment définir une photo réussie ? 


Une photo réussie est la combinaison des éléments présents, de la technique et l’émotion que la photo transmettra au lecteur.
Pour définir mon métier, voici les qualités que doit avoir un photographe : passion, sensibilité, curiosité, patience et persévérance.  
Course de chevaux à Deauville
Course de chevaux à Deauville @Blog Cheval d'Aventure


A travers cet interview, j'ai compris pourquoi les photos de Christophe Tanière ne laissent pas indifférentes. Il transmet un message à travers des tranches de vie, des parts de rêve loin des clichés standard.
Il ajoute aussi une pincée d'idées créatives et une autre de sensibilité. Cette recette aboutie à des images où notamment le cheval, le monde équestre ne peuvent pas vous laisser insensibles ! Ces images de chevaux sont toujours modernes et expressives. C'est un régal pour les yeux.      

Vous avez envie de découvrir d'autres photos de Christophe Tanière, visitez son site.    
Et tenez-vous informé de ses actualités sur sa page Face Book.
La Patrona au Mexique
La Patrona au Mexique @Blog Cheval d'Aventure

Lisez d'autres articles :


Cet article vous a plu ? Partagez-le !