La cavalcade africaine

La cavalcade africaine

Afrique / Cavaliers du monde / J'ai lu... / Mozambique / Paroles de cavaliers / Portraits 2

Du Zimbabwe au Mozambique, Mandy et Patrick nous racontent le combat de leur famille pour sauver leurs 104 chevaux et leur vie.

L'histoire de notre famille : entre l'Afrique et les chevaux


La famille de Patrick


Avant la seconde guerre mondiale, le grand-père de Patrick, Paul, élevait des chevaux à Berlin. Ses écuries étaient réputées et il aurait entraîné un cheval appelé Rumpler qui a remporté une médaille aux Jeux Olympiques. Paul s'est marié avec la fille cadette du Baron Munchausen de Bostok. Ils avaient une vie privilégiée, Paul était aussi propriétaire d'une banque, la banque Retzlaff Lewinsky. Paul et Hildegard avaient un véritable amour pour leurs chevaux et ils ont transmis ce gène de génération en génération.

Chevaux du ranch au Mozambique @Blog Cheval d'Aventure
Chevaux du ranch au Mozambique @Blog Cheval d'Aventure

Leur vie a basculé avec la montée du fascisme. Paul et sa famille furent bientôt sur la black list des nazis sans vraiment savoir pourquoi. Ils quittèrent l'Allemagne pour s'installer en Tanzanie où ils achetèrent une ferme de café appelée "La voix du lion". La famille ne connaissait rien à l'agriculture et encore moins aux plantations de café. On retrouve quelques photos de cette époque où l'on peut voir la famille devant des huttes de terre entourée de leurs plantations. On peut imaginer le changement radical de vie auquel il a fallu s'adapter. Après une année en Tanzanie, Paul est atteint d'une infection cutanée et succombe à une septicémie.

Quand la seconde guerre mondiale a éclaté, Godfrey, le père de Patrick, a été enrôlé par l'armée britannique. A la fin de la guerre, Godfrey est rentré en Tanzanie et a commencé à travailler dans des plantations d'arachides employant des anciens combattants. C'est ici qu'il a rencontré Vera, une jeune femme anglaise, qui fut dans l'armée pendant la guerre. Ils se marièrent en Tanzanie. Après leur mariage, ils s'occupèrent d'une ferme laitière au pied du Mont Mehru, où mon mari et son frère sont nés.

Paysage en Tanzanie @Blog Cheval d'Aventure
Paysage en Tanzanie @Blog Cheval d'Aventure

Quand la Tanzanie obtint son indépendance, Julius Nyere installa des policiers aux commandes du pays au détriment de celui-ci. Vera s'inquiétait de plus en plus pour l'éducation de ses garçons et pour leur sécurité. Ils prirent alors la décision de quitter la Tanzanie et de commencer une nouvelle vie en Rhodésie, aujourd'hui appelé Zimbabwe.

La famille de Mandy


Quant à moi, je suis née au Ghana et mon histoire est très similaire. Mon père était architecte et travaillait pour les services coloniaux depuis la seconde guerre mondiale. Ma mère était infirmière militaire. Après l'indépendance du Ghana, ne nous sentant plus en sécurité, nous avons quitté le pays pour nous installer en Afrique du Sud.

Le Zimbabwe


J'ai rencontré Patrick à l'université et nous nous sommes mariés en 1978. A cette époque, c'était le pic de la guerre du Bush en Rhodésie, guerre qui opposait les forces de sécurité de la République de Rhodésie aux Guérilleros. Ils attaquaient les fermes, la roue économique du pays. Tous les hommes ont été appelés et de nombreuses femmes ont fuit leur ferme alors que les hommes passaient de longs mois dans la brousse. Cette guerre provoqua la disparition de la Rhodésie de Ian Smith au profit du Zimbabwe de Robert Mugabe. Pendant la période de transition, Robert Mugabe a tendu une main pour la réconciliation, chaque rhodésien pouvait devenir zimbabwéen et nous allions travailler ensemble à la reconstruction du pays. Patrick me parlait beaucoup de son enfance en Rhodésie, où il courait dans la brousse, vivait près de la nature et des animaux. Il me parlait aussi de sa passion pour les chevaux. Il voulait cela pour notre famille. En 1980, à la naissance de notre fils Paul, nous avons pris la décision de devenir zimbabwéens.

La vie au Zimbabwe


Nous avons habité dans différents endroits du pays et 10 ans plus tard, nous posions nos valises à Crofton. Défricher le bush pour bâtir une ferme c'est un peu comme monter un cheval : vous ne pouvez pas le forcer à vous obéir, vous ne pouvez que lui demander. Comme le cheval, la terre a son caractère bien à elle. Elle peut être obstinée. Elle peut être rebelle. Mais elle peut également vous apporter de grandes joies et vous dévoiler ses secrets si vous apprenez à collaborer avec elle. Notre ferme prospérait et notre troupeau s'agrandissait. Toute la famille montait à cheval. Nous transmettions à nos enfants cette passion du cheval. Des relations étroites s'établissaient avec certains chevaux. Les enfants participaient aux courses d'équitation à travers le pays. Nous avions notre ranch au milieu de troupeaux de zèbres et d'impalas !

Jeune zèbre et sa mère en Afrique @Blog Cheval d'Aventure
Jeune zèbre et sa mère en Afrique @Blog Cheval d'Aventure

Dans les années 2000, Robert Mugabe a mis en place un référendum pour changer la constitution. Les Zimbabwéens votèrent massivement non et il perdit rapidement de sa popularité au profit de Morgan Tsvangerai. L'économie suivit et dégringola, un parti d'opposition se mit en place. A ce moment, nous avions déjà compris que Robert Mugabe avait manigancé les meurtres du Matabeleland (une région située au sud, sud-ouest du Zimbabwe) qui ont eu lieu dans les années 80. Les forces spéciales entraînées en Corée du Nord avaient été envoyées à Matabeleland pour tuer et violer. Ces atrocités n'ont jamais été relatées dans les journaux par peur de représailles. Au fur et à mesure que la popularité de Morgan progressait, la colère de Mugabe grandissait. Il voulait supprimer cette nation. Comme l'économie du pays était basée sur l'agriculture, il décida de s'en prendre aux fermiers et de s'en débarrasser. Nous faisions partie des cibles de ces destructions de 2001 et du pillage des fermes dans la région de Chinhoyi dans le nord du Zimbabwe.

Nos voisins se sont barricadés dans leur ferme avec leurs deux jeunes enfants pendant plusieurs heures, encerclés par les hommes de Mugabe. Ils ont échappé de peu à cette folie meurtrière. Suite à cet événement, ils ont pris la décision de partir en Nouvelle-Zélande et nous ont confié leurs chevaux.

Cheval dans le coucher du soleil au Zimbabwe
Cheval dans le coucher du soleil au Zimbabwe @Blog Cheval d'Aventure

A ce moment-là, mon mari ne voulait pas voir que son pays tombait dans la folie. Nous avons nous aussi été chassé de notre ferme. Nous avons eu moins de quatre heures pour emballer une toute vie. Quand j'y repense aujourd'hui, j'ai l'impression que c'est un mauvais rêve... De nombreux fermiers ont quitté le pays en nous laissant leurs chevaux. Ils ne voulaient pas laisser leurs chevaux aux mains des rebelles et nous les confiaient. Plus il y avait de départs, plus nous avions de chevaux. Nous nous sommes réfugiés pendant plusieurs mois dans différentes fermes plus ou moins en sécurité. Nous bougions les chevaux au fur et à mesure de nos déplacements et les placions dans des fermes alentours car nous n'avions pas assez d'espace. Nous avions toujours l'espoir que cette folie s'arrêterait et que nous pourrions reprendre une activité avec tous ces chevaux. Mais il a fallu se rendre à l'évidence, notre vie au Zimbabwe devenait dangereuse. Nous passions notre temps à nous cacher, déménager les chevaux, ce n'était plus gérable. En 2001, après la sixième expulsion, beaucoup de stress, de fatigue, et un manque de pâturages, nous avons pris la décision de partir avec tous les chevaux au Mozambique. Plusieurs tentatives et pots de vin ont été nécessaires pour passer la frontière au cœur des Monts Bvumba .

Plage du Mozambique @Blog Cheval d'Aventure
Plage du Mozambique @Blog Cheval d'Aventure

Mozambique, le nouveau départ


Nous nous sommes installés à Chimoio au Mozambique, à 80 km de la frontière. Nous pensions prendre un nouveau départ, mais nous n'étions pas au bout de nos peines. Nous nous sommes investis dans un projet d'agriculture. Malheureusement, ce projet était à l'époque trop ambitieux et le pays pas encore prêt pour une agriculture commerciale. Nous avons perdu beaucoup d'énergie et d'argent. Les gens à qui nous avions prêté de l'argent étaient incapables de rembourser leurs prêts et, dans certains cas, les produits agricoles ont été vendus à l'extérieur du pays par des pots de vin payés par les agriculteurs désespérés. Nos investisseurs se sont rapidement retirés du Mozambique nous laissant, Patrick et moi-même, sans argent et 104 chevaux dont il fallait s'occuper ainsi que beaucoup de dettes de la part d'agriculteurs incapables de nous rembourser. Certains de nos chevaux ont été victimes d'actes malhonnêtes de la part des fermiers. La situation devenait compliquée. Il fallait trouver une solution.

Bateau de pêche au Mozambique @Blog Cheval d'Aventure
Bateau de pêche au Mozambique @Blog Cheval d'Aventure

Patrick a donc décidé d'aller tenter sa chance ailleurs. Il est parti avec 7 chevaux, un vieux camion, en direction de Vilanculos, une petite station balnéaire à 455 km plus au sud. Mozambique Horse Safari a commencé avec pas un sous en poche et moi resté à Chimoio pour m'occuper du reste du troupeau.
Les chevaux se sont très rapidement adaptés à cette nouvelle vie, Patrick restait optimiste, persuadé que les choses allaient s'améliorer. Malheureusement, à peine 2 mois après son arrivée, Vilanculos a essuyé un terrible cyclone. Il a fallu plusieurs années pour reconstruire les infrastructures touristiques de la ville. Peu de temps après, j'ai rejoint mon mari avec le reste du troupeau.

Randonnée sur les plages de sable blanc @Blog Cheval d'Aventure
Randonnée sur les plages de sable blanc @Blog Cheval d'Aventure

Nos chevaux ont beaucoup soufferts du climat et de maladies. Sur les 104 chevaux, il n'en restait plus que 32. Le Mozambique n'avait eu aucun contrôle vétérinaire depuis plus de 20 ans. La teigne est une maladie emblématique au Mozambique et s'est propagée sur nos chevaux. C'est le cœur lourd qu'il a fallu en abattre. Certains chevaux se sont aussi échappés de leur enclos et on été tué sur la route, leur viande s'est retrouvée sur les marchés. Le plus triste a été le sort de 30 de nos chevaux qui furent empoisonnés à cause de l'herbe qu'ils avaient brouté. Nous les avions envoyé dans cet endroit dans l'intérieur des terres près de lacs afin qu'ils supportent mieux la saison sèche. Nous nous en voulions énormément. Nous ne savions pas que les portugais avaient planté de la crotalaria, ou chanvre du bengale, sur les terres du Mozambique au début de la colonisation portugaise afin d'enrichir le sol en azote. Nous ne connaissions pas cette plante et nous étions encore moins au courant qu'elle était mortelle pour les chevaux. Ils ont commencé à avoir beaucoup de fièvre, du mal à respirer, nous ne pouvions rien faire seulement les accompagner jusqu'à la fin. Ça a été des moments très durs pour nous. Shere Khan, une des plus belles juments que l'on nous avait confié, la reine du troupeau, mourut la dernière.

Nous avons traversé toutes ces épreuves et nous avons survécu ! Je pense que c'est en grande partie grâce à la détermination de mon mari, Pat, qui a toujours su aller de l'avant et voir le bon côté des choses. Il a toujours voulu une vie extraordinaire pour notre famille.

Des jours heureux au Mozambique Horse Safari


Mozambique Horse Safari existe aujourd'hui depuis un peu plus de 10 ans. Nous organisons des randonnées équestres inoubliables sur des plages grandioses dans notre petit coin de paradis. Nous vivons dans l'archipel des Bazaruto, décrit comme l'un des plus beaux endroits au monde. Nous avons sept chevaux sur l'île de Benguerra, les cavaliers viennent en bateau et profitent de randonnées à cheval exceptionnelles dans cet environnement à couper le souffle. Nous sommes très touchés des lettres de cavaliers enchantés d'avoir passé du temps avec nous dans ce petit coin de paradis... Nous sommes très fiers d'avoir pu accomplir cela, nos chevaux s'épanouissent dans cet environnement et nous espérons encore continuer longtemps.

Complicité entre un guide équestre et un des chevaux du ranch @Blog Cheval d'Aventure
Complicité entre un guide équestre et un des chevaux du ranch @Blog Cheval d'Aventure

C'est grâce à nos chevaux que nous avons toujours gardé la tête haute et l'envie de continuer. Ils nous ont enseigné les choses de la vie et nous ont aidé à traverser des moments très compliqués tout en restant une famille soudée. Nous avons des liens indestructibles qui nous unissent au plus majestueux des animaux, le cheval.
Nous espérons pouvoir continuer à nous occuper d'eux encore pendant longtemps en attendant un avenir meilleur pour le Mozambique et pourquoi pas un jour rentrer chez nous au Zimbabwe. 

Mandy et Patrick Retzlaff, propriétaires du Mozabique horse Safari @Blog Cheval d'Aventure
Mandy et Patrick Retzlaff, propriétaires du Mozambique Horse Safari @Blog Cheval d'Aventure

Rejoignez Patrick et Mandy, dans leur coin de paradis et galopez sur les plages paradisiaques pendant vos randonnées à cheval au Mozambique.

Texte écrit par Mandy, installée avec son partenaire Patrick, prestataires équestres au Mozambique. Vous pouvez également retrouver l'intégralité de leur histoire dans leur livre "La cavalcade africaine".

Découvrez d'autres articles :


Cet article vous a plu ? Partagez-le !