Bertrand Collinot, chuchoteur des chevaux de Corrèze

Bertrand Collinot, chuchoteur des chevaux de Corrèze

Corrèze / Ethologie / France / Paroles de cavaliers / Portraits 9
Formé auprès des plus grands maîtres, découvrez l'histoire de Bertrand Collinot, chuchoteur et éthologue établit au cœur des forêts de Corrèze.

Comment avez-vous découvert les chevaux ?


A l'origine, je suis issu du monde aquatique, pisciculteur et aquariologiste de métier plus exactement. La passion pour les chevaux est arrivée bien plus tard !
Enfant, j'étais attiré par les chevaux, mais pas de façon conventionnelle : je traînais dans les prés, j'attirais les chevaux avec un bout de pain puis je montais dessus et partais au galop... Mes parents m'ont donc offert une année d’équitation dans un centre équestre plutôt classique. J'ai tourné en rond dans le manège avec des moniteurs avec des méthodes presque militaires qui me hurlaient dessus. J'en ai retenu le dégoût et même un début de peur.
Je suis revenu aux chevaux bien plus tard, par un concours de circonstance. Je suis tombé sur un reportage télé sur le métier de guide équestre et la découverte de l’équitation d’extérieur comme une vraie discipline, ça me plaisait... A l'époque, tourner dans un manège ne m'intéressait pas mais la randonnée à cheval m'attirait.
Le mois suivant, je montais un projet en congé individuel de formation pour me reconvertir. J'ai fait un an en formation pendant laquelle j'ai passé 14 examens : tous mes galops de pleine nature, mes galops d'attelage, mon ATE (accompagnateur de tourisme équestre) ainsi qu'un diplôme de maréchal.
J'ai ouvert mon centre de tourisme équestre en 1997, dans une ferme à l'abandon et avec l'aide de ma femme Hélène ! 

Bertrand et ses chevaux @Blog Cheval d'Aventure
Bertrand et ses chevaux @Blog Cheval d'Aventure

Pourquoi avoir choisir l'éthologie et le western ?


Je suis venu à l’éthologie avant la monte western. J’accompagnais des randonnées équestres et un accident m'a fait prendre conscience qu'on ne connait et comprend pas les chevaux comme on pourrait le croire... Je me suis alors rendu compte que je ne voulais pas juste faire des randonnées touristiques, j'avais envie d'apprendre à connaître les chevaux. Une amie m'a amené chez Christian Cazor, chuchoteur et premier élève de Pat Parelli. Je ne croyais pas à ce stage mais je l'ai quand même suivi, admiratif.
Je me suis rendu compte que tous les cavaliers que j'ai côtoyé, moi inclus, nous ne connaissons rien aux chevaux. C'est alors le début de 10 ans d'une sorte de compagnonnage à étudier chaque méthode : Pat Parelli, Nicolas Blondeau, Mario Luraschi, Andy Booth et beaucoup d'autres. Jean-François Pignon, grand homme du spectacle équestre, ne faisait pas de stage à l'époque, alors je l'ai un peu harcelé en lui disant que je voulais apprendre avec lui, ce à quoi il m'a répondu "Je n'apprends pas aux humains"... de quoi refroidir.  Mais à force de persévérance, il a quand même accepté de me retransmettre son savoir et 10 ans après j'étudie toujours sa méthode ! 

Complicité entre Bertrand et ses chevaux @Blog Cheval d'Aventure
Complicité entre Bertrand et ses chevaux @Blog Cheval d'Aventure

L'apprentissage a été facile ?


Bien sûr que non ! Même après un an de formation intensive, on ne connait pas grand chose aux chevaux. Pat Parelli lui-même disait "Les 1000 premières heures, vous commencerez à vous sentir à l'aise sur une selle, mais il vous en faudra 1000 de plus pour commencer à comprendre le cheval".
Pourtant à l'époque je me sentais bon, mais je ne l’étais pas. J'avais trop de main, pas de coordination. Christian Josquin, élève de Nuno Oliveira m'a fait monter devant lui. J’étais fier de ma prestation ! Il m'a regardé en silence et m'a dit au bout de 10 minutes "Ton cas n'est pas désespéré". C'est ma première claque, cela voulait tout dire. 


Il y a eu d'autres moments difficiles visiblement...


Oh oui, bien évidemment ! J'étais déjà professionnel, j'avais débourré des chevaux, je pensais commencer à être reconnu. Christian Cazor m'a fait descendre de mon piédestal et m'a fait comprendre qu'il fallait me remettre en question. Vexé, je suis parti bougonner dans ma voiture. Une fois calmé, j'ai réfléchi et je me suis dit qu'il me restait deux choix : continuer, persévérer et tout reprendre ou abandonner. A ce moment-là, je n'avais qu'une envie c'était de retourner avec mes poissons... Puis je me suis dit que c'était bien trop facile d'abandonner. Alors j'ai décidé de persévérer et d'apprendre vraiment le langage du cheval. J'ai fait des rencontres passionnantes qui m'ont permis de continuer. 

Dressage d'un de ses chevaux @Blog Cheval d'Aventure
Dressage d'un de ses chevaux @Blog Cheval d'Aventure

Quel type d'équitation pratiquez-vous ?


En réalité, il n'y a que deux types d’équitation : la bonne et la mauvaise. Je pratique l’équitation western, mais une de mes plus belles rencontres reste Michel Henriquet, cavalier en dressage classique et conseiller technique auprès du Cadre noir de Saumur. Pourtant peu convaincu de l'éthologie il y a quelques années, il était en admiration devant Pat Parelli à qui il avait confié son jeune lusitanien âgé de trois ans assez compliqué...qu'il a réussi à dresser sans mal. Michel Henriquet était stupéfait de voir Pat Parelli débourrer son cheval, il ne croyait pas plus qu'à cette méthode.  


Pourquoi avoir choisi l'équitation western après l'éthologie ?


Je me suis orienté vers l’éthologie pour monter à cheval. L’éthologie, c'est l'observation de l'animal dans son milieu naturel. C'est donc une science et je ne suis pas un scientifique, je suis un cavalier. Le but est de reproduire cette emprise mentale domination-hiérarchisation mais de manière froide et sans agressivité. Ce qui me plaît, c'est de connaitre et d'apprendre le langage du cheval. J'ai observé de nombreux chevaux, sur plus de 30 hectares. J'ai beaucoup appris pendant mes diverses rencontres : la domination, le leadership, cette emprise bienveillante et la clé de voûte "Je te protège, tu me donnes".

Moment de complicité entre Bertrand et un de ses chevaux @Blog Cheval d'Aventure
Moment de complicité entre Bertrand et un de ses chevaux @Blog Cheval d'Aventure

Je suis fasciné par cette façon de travailler, car je ne crois pas à la force. Tout ce que vous essayez d'instaurer par la force avec un cheval ne fonctionne pas, il faudra recommencer sans cesse : on ne passe rien en force, il faut que le cheval accepte de lui-même. Vous pouvez forcer un cheval à monter dans un van une première fois, mais la seconde fois, ça ne fonctionne pas.Je suis profondément attiré par l’équitation western puisque c'est la seule forme d'équitation où l'on débute par le travail au sol avant de passer à cheval...


Quelles disciplines préférez-vous ?


Il y a plus de 40 disciplines en équitation western, c'est assez difficile de choisir ! J'ai fait des concours de tri de bétail, de trail (l'équivalent du trec), de western pleasure... mais je n'aime pas me donner en spectacle. Pour moi les concours ne sont pas représentatifs de ce que l'on peut vraiment faire avec un cheval. Mon but n'est pas de former de "petits robots à gagner" ! Après avoir testé un certain nombre de disciplines, m'être formé auprès de grands noms du milieu western, j'ai développé mon école d'équitation western et éthologique. Mon but est vraiment la retransmission du savoir. Une des disciplines phares de l'équitation américaine est le reining. C'est une discipline de dressage qui exige un cheval calme en toute circonstance. L'objectif dans cette discipline équestre est d'effectuer un enchaînement de figures spécifiques comme des changements de pieds, des cercles, des arrêts nets sans transition, des arrêts glissés... C'est une discipline qui exige également un bon cavalier capable de contrôler et diriger sa monture à une main avec précision et sans résistance de la part de sa monture.
Je pratique toujours le reining en y ajoutant ma touche éthologique. Je travaille notamment en collaboration avec Fabien Boiron, champion européen de reining. 

Bertrand à cheval
Bertrand à cheval @Blog Cheval d'Aventure

Quels sont vos projets ? Des vacances dans un ranch aux USA par exemple ?


J'adorerais, j'en rêve, j'en ai parlé avec l’équipe Cheval d'Aventure... mais malheureusement, je n'ai pas pris de vacances depuis bon nombre d'années. Je dois m'occuper de mes 20 chevaux, et de tous mes hectares !
Mon projet, c'est de continuer à m'occuper de mes chevaux, continuer à former. Je forme les cavaliers au monitorat BPJEPS WESTERN avec ma touche d’éthologie, c'est ce que j'aime.
Je fais également des stages, depuis plus de 12 ans. L’idéal est de le faire avec son propre cheval, mais même avec mes chevaux les cavaliers en ressortent changés. Je les rends autonomes, ils se forgent une autre vision du cheval. Chaque année, je rajoute des nouveautés à mes stages car je suis en constante évolution. Comme m'a dit Ray Hunt lors d'un stage : "J'ai 70 ans, en regardant, j'apprends encore, on croit savoir mais on ne sait rien". 

Stage d'équitation western et éthologique avec Bertrand @Blog Cheval d'Aventure
Stage d'équitation western et éthologique avec Bertrand @Blog Cheval d'Aventure

Je suis également en train d’écrire un livre, sur mon travail au quotidien. J'y donne des chemins à suivre selon les différents cavaliers, les différents chevaux et les couples cavaliers/chevaux pour une éducation complète. C'est un renfort relationnel. Chaque cavalier exploite un quart du potentiel de son cheval, un peu comme deux adultes qui ne se parlent pas. Il faut les aider.

Vous êtes comme un psychologue ?


En quelque sorte, mais de façon sauvage et non conventionnelle ! Je ne suis pas passionné par la race humaine, mais j'adore les nouvelles rencontres : en observant un cheval, je comprends son cavalier et inversement. C'est à cela que servent mes stages...


Venez rencontrer Bertrand et partagez sa passion lors d'un stage en Corrèze de 3 jours ou 6 jours, avec Cheval d'Aventure !

Découvrez aussi notre article sur le secret des chuchoteurs...

Cet article vous a plu ? Partagez-le !